Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 23 avril, j’ai voté « Occitània Liura »

et je recommencerai le 7 mai 2017

   Avant le premier tour des élections présidentielles puis entre les deux tours j’ai fait connaitre à beaucoup de gens la position du Partit de la Nacion Occitana.

http://lo.lugarn-pno.over-blog.org/2017/04/parti-de-la-nation-occitane-second-tour-de-l-election-presidentielle.html

Un occitaniste dont je préserve l’anonymat me répondit :

« Marine vous dit "Merci !" J'espérais que le PNO saurait comprendre les différences avec Macron, comme Mélenchon avait su appeler à voter Chirac contre Le Pen en 2002. Je suis militant occitan mais pas ultra occitaniste, qui se souci de son parti plus que de l'avenir de la France ! »

Vous lirez ci-après ma réponse

Cher Yvon

   Marine Le Pen peut dire merci à tous les députés hexagonaux élus au Parlement Européen à Strasbourg. Ils encaissent leur chèque à la fin du mois mais ne sont jamais là dans les commissions pour défendre les intérêts des populations de l'état français. Et les mêmes de nous dire quand il y a un problème, que c'est la faute à l'Europe.

Ils ne sont pas nombreux les députés français au Parlement Européen qui remplissent leur mandat et défendent avec leurs idées les intérêts des populations. Le Pen et Mélenchon

braillent et encaissent la monnaie d'un système qu'ils honnissent et d'autres encore pointent et repartent aussitôt chez eux ni vu, ni connu.

Marine Le Pen peut dire merci aussi à tous les occitanistes qui depuis plus d'un demi-siècle n'ont jamais voulu aller plus loin que la stricte défense de la langue d'un point de vue culturel et ont pour la plupart toujours refusé d'aller sur le terrain politique en tant qu'occitaniste. C'est un choix, nous le payons aujourd'hui.

Marine Le Pen peut encore plus dire merci à tous les occitanistes (comme Claude Sicre par exemple) qui ont diffusé dans la population l'idée que la culture occitane fait partie de la culture française, que l'occitan est et doit demeurer une langue anecdotique en Occitanie. Pour eux l'on est tellement bien sous la coupe de la France cette grande dame qui nous fait gentiment une petite place compassionnelle quand elle a un moment à nous consacrer. Avec un tel discours ils ont contribué à renforcer l'ultra nationalisme français en Occitanie. Et après on s'étonne des scores du FN en terre occitane.

Pourtant quand l'occitanisme politique (PNO-POC-Pais Nòstre) et une partie des occitanistes culturels ont réussi à s'unir aux élections municipales de 2014, le résultat a été probant et Bastir (c'était le nom de cette fédération) a eu 55 élus occitanistes.

Souvent les mêmes occitanistes qui ne veulent être que culturels sont émerveillés par les résultats de nos voisins basques ou catalans, dans la péninsule ibérique. S'ils en sont là c'est qu'ils sont allés au charbon en politique en tant que mouvement abertzale pour les basques et catalanistes pour les catalans et qu'ils ont fait l'union des culturels et des politiques. Ils n'ont pas fait confiance aux partis espagnolistes. De même que les militants écossais se sont coalisés contre tous les partis britanniques.

Vous nous reprochez de ne pas appeler à voter Macron le 7 mai 2017.

Mais dans le programme de ce monsieur y a-t-il quelque chose qui concerne nos langues et nos cultures et leurs territoires ? Rien de clair et précis ! Il a fait ou plutôt il a chuchoté de vagues allusions dans des lettres d'ordre privé qui ont été rendues publiques ou dans des rencontres informelles.

Quand il s'est présenté en 2007 et en 2012 François Bayrou qui soutient aujourd'hui Macron était beaucoup plus explicite.

Puisque en tant qu'occitans nous sommes condamnés à y être pour encore quelques années, je vous rassure nous nous soucions bien de l'avenir de la France en tant qu'état. Nous le préfèrerions plus fédéral en interne et force est de constater du côté de Monsieur Macron rien de tel n'est annoncé.

À la différence de nombreux occitanistes et à l'instar de Monsieur Jean-Guy Talamoni nous pensons que la France est un pays ami. Mais pour la Corse comme l'Occitanie, la France n'est pas la solution mais le problème quelle qu'en soit la direction politique future.

J'espère avoir répondu à vos interrogations et dissipé vos doutes ... nous sommes en démocratie il est normal de ne pas avoir les mêmes points de vue.

Amistats e a lèu

Gèli Grande

Co-président du Partit de la Nacion Occitana

 

Occitanie, second tour présidentielles

Occitanie, second tour présidentielles

Tag(s) : #Tribune libre, #Présidentielle 2017