Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Faut-il pleurer sur Muret ?

Le matin du 31 mars 2012, jour de la manifestation de Toulouse, la journaliste Marie Louise Roubaud de la Dépêche du Midi posait la question « Que serait la France, notre belle France, sans la belle Occitanie qui est tombée dans son escarcelle il y a quelques siècles ? ». La pertinence de cette question vaut aussi pour un jour comme le 800ème anniversaire de la défaite occitano-catalano-aragonaise de Muret.

Nos ancêtres n’ont pas toujours perdu ! Il leur est arrivé aussi de gagner ! Ces victoires si peu nombreuses soient-elles, il ne faut pas les oublier. Il faut les honorer comme il se doit. Elles ont nom Beaucaire sur le Rhône et Baziège près de Toulouse.

Il nous est arrivé de tuer le tyran et usurpateur, le 25 juin 1218. Quand les femmes de Toulouse envoyèrent une grosse pierre qui acheva sa course sur la tête de Simon de Montfort. Une occasion de souligner que les femmes occitanes de ce temps étaient aussi patriotes que les hommes.

Cela pose le problème de l’enseignement de l’histoire dans les écoles. Nous sommes confrontés à une entreprise de bourrage de crâne et de mythification de la France qui commença avec l’école laïque obligatoire de Jules Ferry qui a dépossédé les occitans de leur langue (Chasse au patois) et de leur histoire, donc de leur identité pour en faire de faux français.

Est-il possible de récupérer tout cela dans le cadre de république Française une et indivisible ? Le Parti de la Nation Occitane pense que non.

On peut rêver des conséquences de la création d’un état occitano-catalan si nous avions gagné mais ça ne sert à rien pour donner un avenir au peuple occitan.

Seul l’état indépendant d’une Occitanie réunifiée serait de nature à redonner aux occitans d’origine ou d’adoption leur histoire et leur langue. C’est une voie étroite mais c’est la seule possible.

L’indépendance dans l’Europe est l’objectif du Parti de la Nation Occitane.

Au lieu de pleurer sur Muret et l’occasion perdue, il faut que nous bâtissions un avenir en dehors de la France. Pour ce faire, il est nécessaire de prendre le pouvoir chez nous. Nous commencerons aux municipales avec « Bastir » en mars prochain (2014)

Joan Pèire Hilaire

Co-President du

Parti de la Nation Occitane

Article traduit de l’occitan et paru dans Jornalet le 12 septembre 2013

                                ********************************************

Cal plorar sus Murèth ?

Lo matin del 31 de març de 2012, jorn del passa carrièra de Tolosa, la jornalista Marie Louise Roubaud de la Dépêche du Midi questionava « Que sería França, nòstra polida França, sens la polida Occitània qu’es tombada dins son escarcèla fa qualques sègles ? ». La pertinència d’aquesta question val tanben per un jorn coma lo 800en aniversari de la desfacha occitano-catalano-aragonesa de Murèth.

Nòstres aujòls an pas totjorn perdut ! Lor es arribat de véncer tanben ! Aquelas victòrias tant pauc que n’i aguèt las cal pas oblidar. Las cal onorar coma cal. An nom Bèu Caire al ras de Ròse e Basièja a costat de Tolosa.

Nos es arribat d’escanar lo tiran e usurpator, lo 25 de junh de 1218. Quand las femnas de Tolosa mandèron una pèirassa que s’acabèt sul morre del Simon de Montfòrt. Una ocasion de joslinhar que las femnas occitanas d’aquel temps èran tant patriòtas coma los òmes.

Aquò pausa lo problèma de l’ensenhament de l’istòria als escolans. Sèm acarats a una entrepresa d’encloscatge e de mitificacion de França que comencèt amb l’escòla laïca obligatòria de Jules Ferry que despoderèt los occitans de lor lenga (caça al patés) e de lor istòria, donc de lor identitat per ne far de sembla-franceses.

Es possible de recuperar tot aquò dins l’encastre de la Republica francesa una e indivisibla ? Lo Partit de la Nacion Occitana pensa que non.

Òm pòt somiar de las consequéncias de la creacion d’un estat occitano-catalan se aviam ganhat mas servís pas de res per donar un avenir al pòble occitan.

Sol l’Estat independent d’una Occitània reunificada seriá de natura a tornar donar als occitans d’origina o d’adopcion lor istòria e lor lenga. Es una via estrecha mas es la sola possibla.

L’independéncia dins Euròpa es lo pretzfach del Partit de la Nacion Occitana.

Al lòc de plorar sus Murèth e l’ocasion perduda, nos cal bastir un avenir en defòra de França. Per aquò far, es necite de prene lo poder en çò nòstre. Començarem a las municipalas ambe « Bastir » en mars que ven.

Joan Pèire Hilaire

Cò-President del

Partit de la Nacion Occitana

Article parescut dins Jornalet del 12 de setembre de 2013

Cal plorar sus Murèth ?

Cal plorar sus Murèth ?

Tag(s) : #Tribune libre