Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suite au communiqué du Parti de la Nation Occitane ( PNO ) sur le printemps arabe, notre ami Cristan Rapin nous a proposé un poème sur la révolte dans ces pays et en particulier sur la Tunisie.

Jean-Pierre Hilaire nous en a fait la traduction en français afin que ce texte puisse participer au rapprochement entre le peuple occitan et le peuple arabe.


Tunisie                                                       Tunisia

par Christian Rapin                                   per Cristian Rapin

 

L'aube vient de poindre                               L'aubeta ven de pónher

Et soudain nous apprenons                         E subran aprenèm

Que là-bas en Tunisie                                 Qu'enlai en Tunisia

Un homme découragé                                 Un òme descorat

Hier sur la grande place                              Aièr sus la grand plaça

S'est suicidé par le feu                                Se suicidet pel fuòc

Du travail il n'en avait point                         De trabalh n'aviá pas

Même fut-il comme beaucoup d'autres       E mai coma plan d'autes

diplomé                                                       Foguèsse diplomat

Quel admirable destin !                              Quin destin, macarèl !

Aussitôt la jeunesse                                   Còpsec la joventut

S'est reconnue en lui                                  En el s'es coneguda

Et, repoussant sa peur,                               E, rebutant sa paur,

A investi le coeur                                        A investit lo còr

De la vieille ville,                                         De la vielha ciutat,

A clamé son espoir                                     A clamat son espèr

De justice et de paix                                   De justicia e de patz

Et même de liberté                                     E mai de libertat

Grands jours de Tunisie                             Grands jorns de Tunisa

Nous avons vu, tout d'un coup,                  Avèm vist, tot d'un còp

La race des tyrans                                      La raça dels tirans

Chuter tristement                                       Cabussar tristament

Au grand et pur plaisir                                Pel grand e pur plaser

De la racaille                                              Dels de la cacibralha

Rues et places                                           Carrièras e placièrs

Noires de gens humbles                             Claufits de mond umils

Disaient que dorénavant                             Disián que d'ara enlai

Il faudrait, chose nouvelle,                          Caldriá, causa novèla

Compter avec le peuple                              Comptar ambe lo pòble

Oui, frères arabes                                       Òc ben, fraires arabes

Ne vous laissez pas tromper                       Vos daissetz pas trompar

Ne faites pas comme ici                              Fasquetz pas coma aici

Où nous nous laissons mener                     Que nos daissam menar

Par des hommes politiques                          Per de politicians

Qui trahissent leur pays                               Traites a lor pais

Et qui sont obnubilés par Paris                     E aparisenquits

Le pouvoir, gardez le,                                   Lo poder, gardatz-lo,

Et que votre avenir                                       E que vòstre avenir

Soit jonché de jasmin                                   Siague joncat de lin

De brassées de pivoines                              De peunas a braçats

De fleurs de la passion                                 De flors de la passion

De rouges orchidées                                    De rojas orquidèas      

( traduit de l'occitan par JP Hilaire)

poésie tirée de la revue Lo Lugarn n° 102

Tag(s) : #Tribune libre