Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Manifèst occitanista : es possible d’aver dos fèrs al fòc

per Joan-Pèire Alari

lo lugarn N°107

Jean-Pierre HilaireAprèp lo banh d’estrambòrd pres a Barcelona en çò de nòstres amics independentistas catalans lo 11 de setembre de l’an passat, lo retorn a Occitània e a l’alienacion prigonda dels occitans es regde. Plan segur, es pas de mesa per nosautres, militants del Partit de la Nacion Occitana, d’abandonar nòstras tòcas independentistas mas coma aquelas se realizaràn pas del jorn al lendeman, la question se pausa de saber çò que devèm far de nonent en tant que partit politic.

Aprèp lo grand passa-carrièra de Tolosa lo 31 de mars passat per la lenga occitana, culminacion d’una tièra de passa-carrièras dempuèi 2005, aprèp l’eleccion d’un novèl president de la Republica francesa e la mesa en plaça d’una novèla majoritat politica al Parlament, ont ne sèm? La ratificacion per França de la Carta europèa de las lengas regionalas e minoritàrias, promesa per François Hollande se fa esperar e una lei donant un estatut a aquelas lengas, promessa non tenguda pel govèrn d’abans, es pas una prioritat. Lo projècte de refondacion de l’escòla las pren pas en compte.

L’acte III de la descentralizacion, quitament se compòrta qualques avançadas, manten lo milafuèlhas administratiu, subretot los departaments que caldriá suprimir, e va pas dins lo sens de l’autonomia, en particular financièra, de las regions. Lo sistèma politic jacobin contunha ambe París, encara e totjorn coma centre del poder.

Los occitanistas que comptavan sus l’esquèrra per satisfar lors reivindicacions un còp de mai bevon lor colèra. Vertat es que dins d’unas regions, departaments e comunas, grandas o pichonas, de politicas lingüisticas en favor de l’occitan o d’autras lengas de França son menadas. Mas son tributàrias de la conjonctura politica e son donc susceptiblas d’èsser remesas en question. Lo « lobby » cultural occitan (IEO, Felibritge, Calandreta, FELCO e tot un fum de cercles o de centres culturals) sap fins ont cal anar sens anar tròp luènh e far de politica. La paur de pèrdre de subvencions enquissa a la prudéncia. Per quant als partits politics occitans, Partit de la Nacion Occitana, Partit Occitan, Libertat, se presentavan mai o mens regularament a las eleccions cantonalas, regionalas e legislativas, subretot los dos primièrs, sens capitar d’aver de marcas elevadas nimai d’aver fòrça elegits.

Las causas cambièron a las Eleccions regionalas de 2010. Lo Partit Occitan, gràcias a un acòrd passat amb Euròpa-Ecologia- los Vèrds aguèt 5 de sos sòcis elegits conselhièrs regionals. Lo Partit de la Nacion Occitana èra pas e es totjorn pas favorable a una aliança ambe un partit o movement exagonal. Pasmens, reconeissèm l’utilitat d’aver d’elegits regionals.

Se fa que l‘un d’entre eles, David Grosclaude, ex dirigent del movement politic Entau País dins las annadas 1980, fondator de la Setmana, ancian president de l’IEO, aprèp qualques meses passats al Conselh Regional d’Aquitània, se mainèt que sas possibilitats d’accion èran limitadas e que los occitanistas, se volián quichar sus las collectivitats localas e regionalas, capitarián plan melhor amb d’elegits vertadièrament occitanistas. Alavetz aguèt l’idèa de lançar çò qu’apèla la refondacion de l’occitanisme.

Es un marchament que cèrca a recampar totes los occitanistas, que sián dins lo movement cultural occitan, que sián dins un partit politic occitan o exagonal, que sián d’esquèrra o de drecha, que sián encartats o non, que sián elegits o que pensen de se far portar a las eleccions. Es un marchament transpartit e transmovement que fòrça degun a renonciar a son aparténencia o a sa non-aparténencia. A una tòca precisa e datada : presentar lo mai possible de candidats occitanistas sus de listas autonòmas o en aliança a las eleccions municipalas de 2014. Per aquò far, dempuèi decembre de 2011, de reünions un pauc de pertot en Occitània an permés de metre al punt un tèxte de compromés : lo Manifèst occitanista. Una plataforma serà redigida d’aquí al mes de junh que engatjarà los futurs candidats e las listas sus lasqualas se presentaràn. La tòca es d’aver de desenas d’elegits e de formar un « lobby » occitanista.

Va solet qu’aquel marchament a pas sonque de partidaris. I a los que pensan que es una OPA desguisada del Partit Occitan sul movement occitan e sospechan Grosclaude d’èsser malonèst. N’avèm al Partit de la Nacion Occitana mas son plan minoritaris. Per contra, la refondacion de l’occitanisme vista per Grosclaude desagrada a d’unes al Partit Occitan, e non dels mendres, que considèran que trabalhar amb de monde del P.N.O es inacceptable. De mai, d’organismes coma l’IEO e la FELCO an una posicion plan fregeluca rapòrt al Manifèst occitanista. Lo GPOC (Govèrn Provisòri Occitan) demòra, el, fòra del borrolh.

A la direccion del P.N.O, pensam que nos devèm investir dins aquel marchament del Manifèst occitanista mas qu’al meteis temps, devèm contunhar de foncionar coma partit politic, el meteis engatjat dins una refondacion, e pas pèrdre de vista nòstras tòcas. Es possible, çò nos sembla, d’aver dos fèrs al fòc, de trabalhar a l’encòp sul tèrme cort e sul tèrme long. Se lo Manifèst occitanista e la plataforma capitan, tan melhor ! Senon, farem virafuèlh e passarem a d’autras accions. Pel moment fasèm fisança a David Grosclaude e lo seguissèm dins son marchament.


                             *****************************************

 

Manifeste occitaniste : Il est possible d’avoir deux fers au feu


Après le bain d’enthousiasme pris à Barcelone chez nos amis indépendantistes catalans le 11 septembre de l’année dernière, le retour à l’Occitanie et à l’aliénation profonde des Occitans est rude. Il n’est bien sûr pas question pour nous, militants du Parti de la Nation Occitane, d’abandonner nos objectifs indépendantistes mais comme ceux-ci ne vont pas se réaliser du jour au lendemain, la question se pose de savoir ce que nous devons faire dans l’immédiat en tant que parti politique.

Après la grande manifestation de Toulouse le 31 mars dernier pour la langue occitane, culmination d’une série de manifestations depuis 2005, après l’élection d’un nouveau président de la République française et la mise en place d’une nouvelle majorité politique au Parlement, où en sommes-nous ? La ratification par la France de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, promise par François Hollande se fait attendre et une loi donnant un statut à ces langues, promesse non tenue par le gouvernement précédent, n’est pas une priorité. Le projet de refondation de l’école fait l’impasse sur elles.

L’acte III de la décentralisation, même s’il comporte quelques avancées, maintient le millefeuille administratif, notamment les départements qu’il faudrait supprimer, et ne va pas dans le sens de l’autonomie, en particulier financière, des régions. Le système politique jacobin perdure avec Paris, encore et toujours comme centre du pouvoir.

Les occitanistes qui comptaient sur la gauche pour satisfaire leurs revendications en sont une fois de plus pour leurs frais. Certes, dans certaines régions, départements et communes, grandes ou petites, des politiques linguistiques en faveur de l’occitan ou d’autres langues de France sont menées. Mais celles-ci sont tributaires de la conjoncture politique et sont donc susceptibles d’être remises en cause. Le lobby culturel occitan (IEO, Félibrige, Calandreta, FELCO et une multitude de cercles ou de centres culturels) sait jusqu’où ne pas aller trop loin et faire de la politique. La peur de perdre des subventions incite à la prudence. Quant aux partis politiques occitans, Parti de la Nation Occitane, Parti Occitan, Libertat, ils se présentaient plus ou moins régulièrement aux élections cantonales, régionales et législatives, surtout les deux premiers, sans parvenir à obtenir des scores élevés ni à avoir beaucoup d’élus.

Les choses ont changé aux Elections régionales de 2010. Le Parti Occitan, grâce à un accord passé avec Europe-Ecologie- les Verts a eu 5 de ses membres élus conseillers régionaux. Le Parti de la Nation Occitane n’était pas et n’est toujours pas favorable à une alliance avec un parti ou mouvement hexagonal. Néanmoins, nous reconnaissons l’utilité d’avoir des élus régionaux.

Il se trouve que l’un d’entre eux, David Grosclaude, ex dirigeant du mouvement politique Entau País dans les années 1980, fondateur de la Setmana, ancien président de l’IEO, après quelques mois passés au Conseil Régional d’Aquitaine s’est rendu compte que ses possibilités d’action étaient limitées et que les occitanistes, s’ils voulaient peser sur les collectivités locales et régionales réussiraient beaucoup mieux avec des élus vraiment occitanistes. Il a eu alors l’idée de lancer ce qu’il appelle la refondation de l’occitanisme.

C’est une démarche qui vise à rassembler tous les occitanistes, qu’ils soient dans le mouvement culturel occitan, qu’ils soient dans un parti politique occitan ou hexagonal, qu’ils soient de gauche ou de droite, qu’ils soient encartés ou non, qu’ils soient élus ou qu’ils pensent se présenter aux élections.

C’est une démarche transparti et transmouvement qui n’oblige personne à renoncer à son appartenance ou à sa non-appartenance. Elle a un objectif précis et daté : présenter le maximum de candidats occitanistes sur des listes autonomes ou en alliance aux élections municipales de 2014. Pour ce faire, depuis décembre 2011, des réunions un peu partout en Occitanie ont permis de mettre au point un texte de compromis : le Manifeste occitaniste. Une plateforme sera rédigée d’ici le mois de juin qui engagera les futurs candidats et les listes sur lesquelles ils se présenteront. L’objectif est d’avoir des dizaines d’élus et de former un lobby occitaniste.

Bien sûr, cette démarche n’a pas que des partisans. Il y a ceux qui pensent que c’est une OPA déguisée du Parti Occitan sur le mouvement occitan et soupçonnent Grosclaude d’être malhonnête. Il y en a au Parti de la Nation Occitane mais ils sont très minoritaires. Par contre, la refondation de l’occitanisme vue par Grosclaude déplaît à certains au Parti Occitan, et non des moindres, qui considèrent que travailler avec des gens du P.N.O est inacceptable. De plus, des organismes comme l’IEO et la FELCO ont une position très frileuse par rapport au Manifeste occitaniste. Le GPOC (Gouvernement Provisoire Occitan) se situe lui au dessus de la mêlée.

A la direction du P.N.O, nous pensons que nous devons nous investir dans cette démarche du Manifeste occitaniste mais qu’en même temps, nous devons continuer à fonctionner comme parti politique, lui-même engagé dans une refondation et ne pas perdre de vue nos objectifs. Il est possible, nous semble t-il d’avoir deux fers au feu, de travailler à la fois sur le court terme et le plus long terme. Si le Manifeste occitaniste et la plateforme connaissent le succès, tant mieux ! Sinon, nous tournerons la page et passerons à d’autres actions. Pour l’instant, nous faisons confiance à David Grosclaude et nous le suivons dans sa démarche.

Tag(s) : #Editorial Lo Lugarn