Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

François Thonier

Il était une fois le 11 novembre 2012, dans la ville occitane de Foix, un homme de 70 ans appelé François Thonier qui brûla 2 drapeaux français après la fin d’une cérémonie commémorative de l’armistice marquant la fin de la 1ère guerre mondiale.

En plus d’immoler par le feu une paire de drapeaux bleus blancs rouges (propriété de la ville de Foix), François Thonier déclara à haute et intelligible voix « Vive l’Occitanie, à bas l'Etat français ».

Par cet acte, cet homme voulait d’abord protester contre le fait que 94 ans après la fin du 1èr conflit mondial, cette cérémonie annuelle n’est toujours pas conçue comme une journée en faveur de la paix entre les peuples.

Il voulait aussi protester contre le fait que la France de l’époque avait envoyé à la mort les enfants des peuples qui composaient alors et composent encore pour certains son empire, parmi eux les Basques, les Bretons, les Occitans et tant d’autres.

François Thonier a été entendu en première instance le 18 décembre 2012 et le jugement mis en délibéré au 15 janvier 2013.

Devant le tribunal de Foix, en plus de ses amis libertaires de la CNT (confédération Nationale du Travail), François Thonier était soutenu ce jour-là par toutes les tendances de l’occitanisme politique, avec force drapeaux occitans avec l’étoile à 7 branches. Il y avait un représentant de Libertat, 2 du Partit Occitan, 3 du PNO et d’autres sans étiquette dont les convictions patriotiques occitanes ne faisaient aucun doute soit au total une dizaine.

La petite délégation du PNO a rencontré et discuté longuement avec François Thonier et lui a remis un petit kit afin qu’il connaisse mieux la pensée du PNO (Ethnisme vers un nationalisme humaniste de François Fontan, Lo Lugarn n°81 "la nation occitane ses frontières ses régions" et Lo Lugarn n° 92-93 "la vie et l’œuvre de François Fontan")

François Thonier est libertaire, il est pour l’indépendance de l’individu avant tout. Il soutient les peuples en lutte pour leur indépendance mais pour les nations de l’état français il a peur du nationalisme et de sa récupération et de son instrumentalisation par les états existants.

À nous de l’aider à faire le tri entre les nationalismes impérialistes et les nationalismes de libération.

Pendant la longue attente devant le tribunal de Foix, une discussion a surgi entre les occitanistes présents : comment faire pour ne pas laisser en 2014 le monopole du centenaire du début du 1èr conflit mondial aux organisations politiques franchouillardes qui ne manqueront pas d’essayer de s’en emparer ?

Gèli GRANDE, présent à Foix

Tag(s) : #Tribune libre