Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Anniversaire des accords d’Evian

 

Gèli GrandeIl y a 50 ans le 19 mars 1962 à la suite des accords d’Evian signés entre la République Française et le Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (GPRA) émanation du Front de Libération Nationale (FLN), les armes commençaient à se taire en Algérie.

            C’était pour les 2 peuples indigènes d’Algérie (Les Berbères et les Arabes) le début de la fin de la colonisation de leur pays par la France entamée en 1830.

            Pour les appelés du contingent de l’armée française qui avaient été envoyés de l’autre côté de la Méditerranée faire du « maintien de l’ordre », c’était un immense soulagement de ne plus avoir à participer à une guerre qui n’a jamais été dénommée ainsi à l’époque et par laquelle ils ne se sentaient pas concernés.

            La guerre d’Algérie c’est un peu de l’histoire de l’Occitanie et de tous les peuples de France, car tous furent touchés par les 28 mois de conscription obligatoire.

            La période coloniale en Algérie et la décolonisation de celle-ci font aussi partie de l’histoire de l’Occitanie.

            Un des signes les plus évidents de cette colonisation fût la décision française de pratiquer dès les premières décennies une politique de colonisation de peuplement européen, qui eût un impact démographique important dans de nombreux départements occitans. Cet impact s’accrût avec la crise du phylloxera qui toucha la viticulture occitane à la fin du 19ème siècle.

            Après le 19 mars 1962 l’immense majorité de la population d’origine européenne choisit de fuir l’Algérie.

            Cette population dont une grande partie n’avait aucune racine dans l’hexagone débarqua massivement dans les ports occitans de la côte nord de la Méditerranée et c’est dans les régions occitanes qu’elle s’installa et fit souche, malgré l’accueil peu enthousiaste de la population occitane de l’époque.

            Parmi ces « Français d’Algérie » on en comptait quelques milliers d’origine occitane pour qui ce fût un retour au pays de leurs ancêtres, pays avec lequel ils n’avaient souvent plus aucun lien.

            A cela il faut ajouter les harkis, ces forces supplétives françaises d’origine arabe ou berbère dont une partie pût échapper aux représailles des nationalistes algériens. Eux aussi s’installèrent en terre occitane.

            La guerre d’Algérie fait aussi pleinement partie de l’histoire de l’occitanisme politique et culturel. En effet des Occitans appelés en Algérie ont compris là-bas que le sort qui était fait aux langues arabe et berbère au travers de la colonisation française, était le même que celui que l’on avait fait et que l’on faisait à leur langue, l’occitan.

            C’est en pleine guerre d’Algérie, en 1959, à Nice que François Fontan créa le Parti Nationaliste Occitan (PNO). Le premier acte d’inter-nationalisme concret de Fontan et du PNO fut le soutien clair à la lutte du FLN algérien en participant au réseau des porteurs de valises, ce qui valût à François Fontan et à Jacques Ressaire de faire un petit tour de quelques semaines derrière les barreaux.

 

Gèli Grande

(de famille pied-noire et patriote occitan)

       

Tag(s) : #Tribune libre