Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



L’Après Carcassonne                             
Jean-Pierre Hilaire, vice-président du Parti de la Nation Occitane
  
Jean-Pierre Hilaire PNOQuel que soit le chiffre réel des manifestants pour la langue occitane le 24 octobre dernier à Carcassonne, la capacité de mobilisation reste intacte. Maintenant se pose la question de la suite à donner à ce bel élan.
Remarquons tout d’abord que la présence des partis politiques nationaux, mis à part celle forcément médiatisée de José Bové, a été plus que discrète.
En revanche, malgré le caractère strictement culturel de la manifestation soulignée par le Collectif Anem Òc, les partis politiques occitans, Parti de la  Nation Occitane, Parti Occitan, Libertat, le Govèrn Provisòri Occitan étaient bien représentés et très visibles, ce qui montre à l’évidence qu’on ne peut pas séparer le culturel du politique.
Grâce à l’engagement du Felibrige et malgré le travail de sape du Collectif Provençal, les Provençaux étaient là aussi.
Les identitaires présents à Béziers en 2007 et objet de controverse n’avaient, semble t-il pas fait le déplacement.
Cela dit, si cette manifestation était très colorée par le foisonnement des drapeaux, elle était triste quand aux slogans pratiquement pas repris par la foule. Est-ce l’effet de la crise et de la lassitude de devoir encore et toujours recommencer devant les promesses non tenues ? Heureusement que les Catalans et les Occitans des vallées alpines du Piémont italien étaient là pour mettre une ambiance musicale et festive.
Un grand merci aux Catalans pour leurs magnifiques pyramides humaines. Rien à dire sur l’organisation des stands qui était bonne. Le stand du Parti de la  Nation Occitane a reçu beaucoup de visiteurs et a permis des échanges nourris.
  
Et maintenant que faire ?
Une manifestation comme celle de Carcassonne rassemblant plus de 20000 personnes alors qu’en même temps 5000 Basques défilaient à Bayonne et 300 personnes le lendemain faisaient une animation pour la langue bretonne aux portes du Salon du Livre de Carhaix, suffira t-elle à persuader le gouvernement de proposer au Parlement un projet de loi sur les langues régionales ? On peut en douter.
Va-t-il falloir se mordre la queue et revenir à Béziers en 2011 ou 2012 (année de la prochaine présidentielle) ou encore manifester à Marseille ou à Toulouse ou même faire une manifestation des peuples de France à Paris ?
Le débat est ouvert et cette fois il faudrait qu’Anem Òc invite les partis politiques occitans à donner leur avis au lieu de rester dans son ghetto culturel.
En attendant, il faut travailler sur le terrain pour faire pression sur les communes, les départements et les régions afin d’obtenir une vraie politique linguistique en faveur de l’occitan dans la vie publique, à l’école dans les média, partout, sans trop compter sur l’Etat. En même temps, ils nous faut être présents aux élections qui nous concernent le plus directement : les Régionales.
Il y a deux stratégies : celle du Parti Occitan qui s’allie avec Europe écologie dans l’espoir d’avoir des élus et celle du Parti de la Nation Occitane qui privilégie des listes de la mouvance occitane, régionalistes et indépendantes des partis français dans l’espoir de faire un score suffisant pour faire pencher la balance.
C’est notamment le cas dans la Région  Languedoc-Roussillon avec la tentative de monter une liste conduite par Christian Lacour et incluant des Catalans.
C’est une stratégie de pari sur l’avenir. Un avenir où le mouvement politique occitan, non marqué à droite ou à gauche, sera inscrit dans le paysage politique.
Les objectifs culturels de la manifestation de Carcassonne ne prendront leur sens que si les partis politiques français ont en face d’eux des concurrents occitans et commencent à les prendre au sérieux s’ils obtiennent des voix.

********************

Aprèp Carcassona
 Quin que siá la chifra vertadièra dels manifestants per la lenga occitana lo 24 d'octòbre passat a Carcassona, la capacitat de mobilizacion demòra sença.
Ara se pausa la question del seguit de donar a aquel vam bèl.
D'en primièr cal remarcar que la preséncia dels partits politics nacionals, a despart de la forçadament mediatizada del José Bové, foguèt mai que discreta.
Per contra, malgrat lo caractèr estrictament cultural del passa carrièra sotalinhat pel Collectiu "Anem Òc", los partits politics occitans, ( Partit de la Nacion Occitana, Partit Occitan, Libertat, lo Govèrn Provisòri Occitan ) èran plan representats e vesedors, çò que mòstra d'evidéncia qu'òm pòt pas desseparar çò cultural de çò politic.
Gràcias a l'engatjament del Felibrige e malgrat lo trabalh de sapa del  "Collectiu Provènça" los provençals èran aquí tanben. Los identitaris presents a Besièrs en 2007 e que foguèron objècte de controvèrsia, s'èran pas, çò sembla, desplaçats.
Aquò dich, totben que aquel passa carrièra foguèsse plan colorat per l'abausiment de bandièras, èra trist per quant als eslogans gaire represes per la molonada. Es l'efècte de la crisi e la lassièra de dever encara e totjorn tornar començar davant las promessas non tengudas ?
Urosament que los catalans e los occitans de las valadas alpinas del Piemont italian èran aquí per crear un ambient de musica e de fèsta.
Grandmerceji los catalans per lors castellers subrebèls. Res a dire sus l'organizacion dels tauliers qu'èra bona.
Lo taulièr d'els Amics del Lugarn, la revista del P.N.O, recebèt fòrça visitaires e permetèt d'escambis noirits.
E ara de que far ?
Una manifestacion coma la de Carcassona arremosant 25000 personas mentre que a l'encòp 5000 bascs desfilavan a Baiona e 300 personas lo lendeman fasián una animacion per la lenga bretona davant lo Salon del Libre de Carhaix sufirà a persuadir lo govèrn de prepausar al Parlament un projècte de lei sus las lengas regionalas ? Ne dobtam.
Va caler se mordir la coa e tornar a Besièrs en 2011 o 2012 (annada de la presidenciala que ven) o encara manifestar a Marselha o a Tolosa o quitament far una manifestacion dels pòbles de França a París ?
Lo debat es dobert e aqueste còp caldriá que "Anem Òc" demandesse als partits politics occitans lor avejaire al lòc de demorar dins son guetò cultural.
Entretant cal trabalhar sul terren per quichar sus las comunas, los departaments, las regions per tal de daverar una vertadièra poltica lingüistica en favor de l'occitan dins la vida publica, a l'escòla, dins los media, pertot, sens tròp comptar sus l'Estat.
A l'encòp, nos cal èstre presents a las eleccions que nos pertòcan mai directament : las Regionalas.
I a doas estrategias : la del "Partit Occitan" que fa una aliança amb "Europe écologie" dins l'esper d'aver d'elegits e la del "Partit de la Nacion Occitana" que preferís de listas de la movança occitana, regionalistas e independentas dels partits franceses dins l'esper de far un resultat sufisent per desbalançar.
Es subretot lo cas dins la region Lengadòc-Rosselhon amb l'ensag de montar una lista occitano-catalana bailejada per Christian Lacour.
Es una estrategia d'escomesa sus l'avenir. Un avenir ont lo movement politic occitan, non marcat a drecha o a esquèrra farà partida del paisatge politic.
Los objectius culturals de la manifestacion de Carcassona auràn un sens sonca se los partits politics franceses an en fàcia d'eles de concurrents occitans e començan a los prene al seriós se fan de voses.

Joan-Pèire Alari, vice-president del Partit de la Nacion Occitana



Tag(s) : #Tribune libre