Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diversion

 
Le socialisme scientifique de Marx et Engels produit de temps à autres d’étranges avatars.
C’est ainsi que l’hebdomadaire du POI (parti ouvrier indépendant) du 24 au 30 juillet dernier   donne la parole à un membre du comité de rédaction de la revue « dialogue ».

L’interviewé s’y exprime au nom des trois initiateurs d’un appel « pour le droit au retour, pour un seul état ».
Les deux autres premiers signataires de cet appel sont :
Louisa Hanoune, député algérien, restée célèbre dans son pays pour sa politique préconisant le front unique du mouvement ouvrier et démocratique en Algérie avec l’islamisme politique (FIS) ; unité d’action essentiellement diplomatique menée au nom de la « démocratie » et du respect du suffrage populaire.
Salah Salah, un membre du Conseil national palestinien.
On aura deviné que le droit au retour en question ne concernait pas les deux millions et demi de Darfouri de différentes ethnies négro africaines, ni les dizaines de milliers d’Agawa et de Four du Tchad, tous déplacés par la contrainte ou la peur, victimes les uns comme les autres des incursions des cavaliers Jenjawid*, ni non plus les douze millions d’Allemands déplacés manu militari en 1945 du bassin de la Volga, de Lituanie, de Silésie redevenue polonaise, de Prusse orientale devenue polonaise et soviétique, de Hongrie, Tchécoslovaquie et Roumanie, où vivaient depuis des siècles ces douze millions d’Allemands, comme artisans, paysans ou négociants.
On aura aussi deviné qu’il ne s’agit pas non plus du droit au retour des 130000 Juifs d’Algérie, pas moins algériens que les descendants des anciens conquistadors arabo islamiques ; Juifs forcés, la peur au ventre, de quitter l’Algérie en 1962.
Pourtant, un député au parlement national algérien n’aurait-il pas une grosse poutre à proposer d’enlever à ce sujet de l’oeil de la république « arabo islamique » algérienne ? Proclamée, en 1962 par Ben Bella et le FLN, République « arabo musulmane » qui, de ce fait, nie l’identité de la majorité du peuple algérien, réglant régulièrement la question berbère et celle de la place des dialectes de la langue tamazigh à coups de fusils ou, occasionnellement, au moyen de serments d’ivrogne.

« …C’est un fait- lisons nous sous la plume de nos trois pétitionnaires internationaux- qu’il faut constamment rappeler : en 1948, s’est constitué un Etat dont l’existence même repose sur le fait que ceux qui sont nés sur cette terre, ceux dont la famille a vécu depuis des siècles et des siècles, se voient nier tout droit, à commencer par le droit au retour. Cela parce que cet Etat est fondé sur la religion. C’est un Etat de type théocratique. »
De qui parlent-ils nos pétitionnaires ? De l’Algérie** ? De la Libye ? De la Mauritanie ?

De l’Irak ? De la Syrie, du Yémen, de l’Arabie saoudite, de l’Iran de Khomeiny- Ahmadinejad, du Pakistan ? Du Soudan régit par la charia, que le gouvernement actuel issu d’un coup d’état perpétré contre un gouvernement héritier du coup du général Nimeyri (qui se produisit en 1974) prétendait imposer à toute la société soudanaise, y compris aux populations du sud chrétiennes et/ou animistes ?...
Plus le mensonge est gros, plus il a de chance d’être cru, disait déjà Joseph Goebbels.
Ce fait, qu’il faudrait constamment rappeler, pour renforcer la pression internationale
permettant au plus tôt de mettre fin à l’ignoble monstruosité, c’est quoi ?


La suite de cet article de Alain RUBIN est dans la rubrique "page"  sur le blog.


Tag(s) : #Tribune libre