Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le numéro 97/98 de Lo Lugarn est en ligne !




Sommaire

.2 Editorial : Anniversaris

Spécial anniversaire de Fontan
.6 Introduction, Jean-Pierre Hilaire
Fontan et moi, Jean-Pierre Hilaire
.7 François Fontan, un homme, une vie Jean-Louis Veyrac
.9 Rencontre avec François Fontan, Jaume Ressaire
.11 Fontan, primièr rescontre per Cristian Rapin
.12 Entretien avec Ben Vautier sur Fontan
.13 Fontan, Nice et le PNO, Introduction aux interviews,Laurenç Revest
.14 Interview de Jacques Cibré
.15 Interview de Marie-France Villain-Moretti
.19 Interview de Renat Anfosso
.21 Interview de Gérard Gobbi
.21 Interview de Jean-Luc Sauvaigo
.24 Interview de Christian Torchio
Occitanie
.27 Lo drama de la Crosada contra lu Albigés, Reinat Matalòt
.37 A te saluoc Occitania, François Albert, 1886
.37 La route des vins bio en Occitanie
.38 Nissa e Occitània per Garibaldi, anthologie
garibaldienne d’oc (1859-2007) Laurenç Revest
.39 Avèm legit, Cristian Rapin
.39 Nòstra lenga, Cristian Rapin
Politique
.41 Communautés de communes, euro-régions, réforme Balladur... quel avenir pour l’Occitanie ou les Pays d'Oc ? Laurenç Revest
Ethnisme
.43 Monaco et l’Occitanie Jaume Ressaire
.47 Lo sentiment d’apartenéncia linguistica, o lo factor d’adaptacion, Laurenç Revest
.47 Mayotte, droit des peuples, droit international, ou impérialisme français ? Eve Ressaire
.52 Les Antilles dites « françaises » JP Hilaire
.54 Communiqué Guadeloupe
Vie du Parti
.55 Nouveau programme de Sète adopté le 9 mai
2009
.50 – .57 Communiqués de presse


*********************************
Nice-PNO
Editorial
A n n i v e r s a i r e s
L’année 2009 marquera le huit centième anniversaire de la première Croisade contre l’hérésie cathare conduite par les seigneurs français en Occitanie.
Ce fut le début d’un processus qui aboutit à l’annexion du Comté de Toulouse par le Royaume de France.
Le 15 août 1209 les Croisés, après l’extermination de la population de Béziers par leurs hommes de main, prirent Carcassonne, lieu symbolique s’il en est pour la grande manifestation en faveur de la langue et de l’identité occitanes du 24 octobre prochain. Pour nous, nationalistes occitans, 2009 représente en outre le quatre vingtième anniversaire de la naissance de François Fontan qui créa le Parti Nationaliste Occitan à Nice il y a précisément cinquante ans et qui nous quitta prématurément en 1979.
Nous célébrerons le 25 juillet prochain à Rodez, dans cette région de Guyenne, pendant l’Estivada, la naissance de ce parti que nous nommons depuis un certain temps le Parti de la Nation Occitane et aussi le passage progressif d’une nouvelle génération aux commandes.
Lors d’une conférence de Presse, nous présenterons Philippe Bonnet qui remplacera Jacques Ressaire comme président du P.N.O.
Tous ces anniversaires ( il y en a d’autres aussi importants comme le cent cinquantième anniversaire de Mireille (1859) du grand Mistral, notre seul prix Nobel de littérature, défenseur de la langue d’oc des Alpes aux Pyrénées et aussi les trente ans des Calandretas, sans oublier la chute du Mur de Berlin) nous invitent à nous poser la question suivante :
Quelques siècles après la conquête morceau par morceau de l’Occitanie et l’entreprise d’assimilation du peuple occitan par les pouvoirs français successifs, où en est l’Occitanie ?
En 1959, lorsque Fontan a lancé son parti, dont l’objectif avoué était l’indépendance de l’Occitanie et la création d’un Etat occitan, on imagine combien une telle idée a pu paraître délirante et utopique aux Occitans qui ignoraient pour la plupart l’existence de l’Occitanie.
Et pourtant il s’est trouvé quelques hommes et quelques femmes pour y croire et le suivre.
Il faut dire que Fontan, s’appuyant sur sa théorie l’ethnisme et soutenant les Arabes et les Berbères qui luttaient, les armes à la main, contre le pouvoir français pour l’indépendance de l’Algérie, trouvait un écho chez les internationalistes opposés à la guerre d’Algérie.
Son soutien au FLN le mena en prison puis à l’exil dans les vallées occitanes d’Italie où il fonda le Movimento Autonomista Occitano.
Et aujourd’hui ?
Lorsque l’on parle de l’Occitanie, on ne passe plus pour un extra-terrestre tant le terme s’est banalisé. Pour autant, nous sommes loin de l’émancipation nationale et notre nation est découpée et incluse dans trois Etats : la France, l’Italie et l’Espagne, où avec le Conseil Général d’Aran, qui célèbre lui aussi cette année son trentième anniversaire, nous avons un gouvernement et des institutions autonomes ainsi que la reconnaissance officielle de notre langue.
Mais c’est au pouvoir autonome catalan de Barcelone que nous le devons et non à Madrid.
La plus grande partie de l’Occitanie est sous domination française et les régions occitanes sont des nains politiques par rapport à leurs voisines catalanes ou basques sans parler des Länder allemands.
Nous, les nationalistes occitans, ne sommes qu’une force certes déterminée et courageuse mais petite et nos résultats électoraux demeurent encore très modestes. Même si nous avons obtenu des avancées, le chemin à parcourir est encore long pour sauver notre langue et conquérir l’autonomie.
Le Parti de la Nation Occitane continuera de jouer son rôle dans ce combat démocratique et pacifique jusqu’à la libération de l’Occitanie. C’est le même combat que celui de tous les peuples des nations sans état de l’Hexagone : Basques, Bretons, Catalans, Alsaciens, Corses, Flamands, peuples d’Outre-mer et du monde entier car nous sommes ethnistes, c'est-à-dire nationalistes internationalistes, héritiers de François Fontan.
Toutefois, nous revendiquons le droit d’inventaire.
Nous venons de nous doter d’un nouveau programme.
Depuis des années, nous ne sommes plus opposés à l’intégration européenne.
Nous envisageons pour l’Occitanie une indépendance étape par étape, morceau par morceau et la réunification dans le cadre d’une République fédérale et d’un Etat, membre de l’Union européenne et de l’ONU.
A ceux qui prétendent que l’ethnisme est trop rigide, nous répondons que nous sommes ouverts à la discussion pour l’adapter aux nouvelles réalités du XXIème siècle.
A ceux qui disent que l’ethnisme c’est le racisme et la guerre, nous répondons que ne pas appliquer l’ethnisme est un facteur d’affrontements, certains graves et meurtriers, comme le montrent à nos portes, les Catalans, les Basques, les Flamands et les Wallons, les Albanais et les Serbes et plus loin l’Afrique déchirée par des conflits ethniques au sein d’Etats artificiels.
Il ne s’agit pas d’imposer nos solutions aux peuples mais de proposer ce qui nous semble de nature à établir la paix chez nous comme ailleurs en refusant le statu quo et l’intangibilité des frontières qui perpétuent les impérialismes.
Nous ne verrons sans doute pas l’indépendance de l’Occitanie qui s’imposera si les Occitans abandonnent un jour leur aliénation profonde mais nous y aurons contribué. Nos actes sont le meilleur hommage que nous puissions rendre à la mémoire de François Fontan.
Les anniversaires sont faits pour dresser des bilans et tracer des perspectives.
Nous savons quant à nous où nous voulons aller.
Vive notre nouveau président et au travail !
JP Hilaire Agen le 20 avril 2009
Tag(s) : #Lo Lugarn