Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'imperialisme turc

Niça es la soleta vila de frança que posseda una carriera de Lepante ; la rason es simpla : en 1571, lo País Niçard era pas francés ma, dependent dal duca de Savòia, se trobava en lo Sant Imperi. La França de Francés Ier era aligàia de la Sublima Pôrta e li niçards fugèron uroses de venjar, en pilhant part a-n-aquela vitòria, l'assedi francò-turc de Niça en 1543 d'ont se faguet remarcar la bugadiera Catarina Segurana. Se remontam pus aut en lo temps, emparam que de niçards s'en anèron en terra santa a la següa de Ramon de Sant Geli, marqués de Provença, qu'avia ja pilhat part en 1087 a la Reconquista en Ispania e que se constituet pi en "Palestina" lo comtat de Trípoli. La rason principala de la crosàia fuguet l'invaïment dei Turcs Seljoukides que, en pilhant la plaça dals arabis Farimides, tuèron la poblacieu de Ieroshalaim e barrèron ai pelegrins l'accés a la vila santa.

Despí aquel temps, li Turcs non quitèron de colonisar lo bassin mediterranean ma tanben de paises eslaves, pura frenats per la vitòria imperiala sota li barris de Viena en 1683.

Arribam a la guerra de 14-18, d'ont la Turquia causisset lo marrit camp e se retrobet en li vincuts. Li diferents tratats probèron de respechar de consideracieus etnicas, per eisemple la creacieu de la Tchécoslovaquia ai tratats de Sant German e de Trianon,

Lo tratat de Sèvres faguet pas excepcieu e lo PNO porria que se regaudir se fuguesse 'stach aplicat :

- al Ponent, la Greça recuperava de terras sieuas despí de milenaris (e encara, la Turquia conservava Constantinòpoli) ;

- al Levant, creacieu d'una granda Armenia (era ben lo minimòn après lo genocidi !) e d'una província autonòma kurda ;

- li territòris arabis ancianament colonisats per li Turcs son desliurats, quarques-un plaçats sota admenistracieu francesa ò englesa ;

- lo tratat repilha la declaracieu Balfour en organisant la creacieu d'un fogau nacional per lo pòble "judiu" (lo PNO preferisse l'ajetiu "ebreu").

Mustapha Kemal reconoisse pas aquel tratat firmat per lo sultan Mehmed VI a cu avia ja opausat en abrilh 1920 una Granda Assemblàia Nacionala instalàia a Ankara. Li kemalistes ganheran en 1922 la guerra còntra la Greça debutàia en 1919 (ajuats dai franceses que li véndon d'armas despí 1921) e demanderan l'anulacieu dal Tratat de Sèvres qu'avíon refusat de firmar.

Es alora lo vergonhós Tratat de Lausanne qu'oficialisa en 1923 la desfacha greca e la vitòria kemalista, donca lo fach complit.

Non solament, Kurdes e Armenians pèrdon lai sieus províncias, ma los escambis de poblacieus entreinon la môrt d'un miech milieu de grecs.

Aquel compendi istoric sierve just e desmonstrar que

- l'imperialisme turc al Levant a jamai quitat ;

- Grecs, Kurdes e Armenians n'en fuguèron de contunh lai vitimas.

- la França, despí al manco lo segle XVI, a sempre sostengut aquel imperialisme.

- lo Sant Imperi es estat en lucha còntra l'envaïment turc.

Polem donca estre sospreses de constatar una situacieu a l'opausat : los alemands se tàpon uelhs e aurelhas per inhorar li problemas, en tant que la França sembla soleta a sostenir li Grecs. Enfin! Cal dire que la sieu intervencieu en Libia (regraciaments a BHL !) a dubert un camin al novel sultan que cerca òira de reconstituir l'imperi otoman.

L'impérialisme turc

Nice est la seule ville de France qui a une rue de Lépante pour une raison simple : en 1571, le Pays Niçard  n’était pas français mais dépendant du Duché de Savoie, se trouvait dans le Saint Empire. La France de François Ier était alliée avec la Sublime Porte, et les Niçards furent heureux de venger, en prenant part à cette victoire, le siège franco-turc de Nice en 1543 où se fit remarquer la lavandière Catherine Segurana. Si nous remontons plus loin dans le temps, nous apprenons que des Niçards partirent en Terre Sainte suivant Raymond de Saint Gilles, marquis de Provence,  qui avait déjà participé en 1087 à la « Reconquista » en Hispanie et qui ensuite se constitua en "Palestine" le comté de Tripoli. La raison principale de la croisade  fut l’invasion des Turcs Seldjoukides qui, en prenant la place des Arabes Fatimides, tuèrent la population de Jérusalem et interdirent aux pèlerins l’accès à la ville sainte.

Depuis cette époque, les Turcs n’ont pas cessé de coloniser le bassin méditerranéen mais aussi des pays slaves et ne furent freinés que par la victoire impériale sous les remparts de Vienne en 1683.

Nous arrivons à la guerre de 14-18, où la Turquie choisit le mauvais camp et se retrouva parmi les vaincus. Les différents traités essayèrent de respecter des considérations ethniques, par exemple la création de la Tchécoslovaquie aux traités de St Germain et de Trianon.

Le traité de Sèvres ne fit pas exception et le PNO ne pourrait que se réjouir s’il avait été appliqué :

- en Occident, la Grèce récupérait des terres qui lui appartenaient depuis des millénaires (et encore, la Turquie conservait Constantinople) ;

- au Levant, création d'une grande Arménie (c’était bien le minimum après le génocide !) et d'une province autonome kurde.

- les territoires arabes anciennement colonisés par les Turcs sont libérés, quelques uns placés sous administration française ou anglaise.

- le traité reprend la déclaration Balfour en organisant la création d'un foyer national pour le peuple "juif" (le PNO préfère l'adjectif "hébreu").

Mustapha Kemal ne reconnaît pas ce traité signé par le sultan Mehmed VI à qui il avait déjà opposé en avril 1920 une Grande Assemblée Nationale installée à Ankara. Les kémalistes gagnèrent en 1922 la guerre contre la Grèce commencée en 1919 (aidés par les Français qui lui vendent des armes depuis 1921) et ils demandèrent l’annulation du Traité de Sèvres qu’ils avaient refusé de signer.

C’est alors le honteux Traité de Lausanne qui officialise en 1923 la défaite grecque et la victoire kémaliste, donc le fait accompli.

Non seulement, les Kurdes et les Arméniens perdent leurs provinces, mais les échanges de populations entrainent la mort d’un demi million de Grecs.

Ce résumé historique sert juste à démontrer que :

- l'impérialisme turc en Orient n’a jamais cessé.

- Grecs, Kurdes et Arméniens en ont sans cesse été victimes.

- la France, depuis au moins le XVIe siècle, a toujours soutenu cet impérialisme.

- le Saint Empire a été en lutte contre l’invasion turque.

Nous pouvons donc être surpris de constater une situation opposée : les Allemands ferment les yeux et se bouchent les oreilles pour ignorer les problèmes, en même temps que la France semble seule à soutenir les Grecs. Enfin ! Il faut dire que son intervention en Libye (merci à BHL !) a ouvert la voie au nouveau sultan Erdogan qui cherche maintenant à reconstituer l’empire ottoman.

Bernard Fruchier

(Traduit de l’original en occitan par Jean-Pierre Hilaire)

 

L'impérialisme turc

L'impérialisme turc

Tag(s) : #Tribune libre, #international, #kurde

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :