Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une tribune libre du prochain numéro de la revue Lo Lugar (N°123)

 

Una letra del Jacme Taupiac

 

   Disi mercés a Jérôme Piques d’aver agut lo coratge de menar la campanha qu’a menada.

Soi d’acòrdi ambe un fum de causas del programa qu’a presentat. Mas, i a un punt essencial de la doctrina del P.N.O. ont soi en desacòrdi.

1 – En politica se cal totjorn preocupar de saber quin es « lo bon nivèl de decision ». e, dins la Republica francesa ont vivèm, es Paris qu’o decidís gaireben tot, coma se nosautres « les provinciaux » èrem d’eternals mainats incapables de nos ocupar de nòstres pròpris afars. La Republica francesa es lo país pus « centralizat sus la capitala estatala, París » e, dins un sens, pus antidemocratic d’Euròpa.

2 – I a una nocion que jamai non se’n parla dins la premsa, lo grand public conéisson pas solament lo mot ; es la subsidiaretat. (en francés la subsidiarité.) la definicion que se’n pòt legir dins Wikipédia es d’una clartat totala.

« Le principe de subsidiarité est une maxime politique et sociale selon laquelle la responsabilité d’une action publique, lorsqu’elle est nécessaire, revient à l’entité compétente la plus proche de ceux qui sont directement concernés par cette action. »

Autrament dich es lo contrari de la centralizacion a la francesa, que ne patissèm dempuèi de sègles.

Naturalament los jacobins que nos govèrnan aiman pas aquel « principi de subsidiaretat » e ne parlan pas jamai.

3 – Ives Roqueta agèt lo coratge profetic de dire, un còp, publicament a l’Universitat Occitana d’Estiu de la Guépia : « La France est tout sauf une nation. » I èri. L’ausiguèri. Volía dire que la França èra un Estat, pas « una nacion » e, encara mens, una entitat sacrada que lo montalbanés Jules Michelet apelava « une personne » …

Per ièu, l’Occitània es pas una persona mas es una nacion.

E totas las nacions se tròban pas dins de circomstàncias istoricas talas que se pòsca pensar rasonablament que constituiscan un Estat de mai sus la planeta. Aquela « immaturitat istorica » es la de l’Occitània actuala.

La nacion occitana a tres estats a son servici : la Republica francesa, l’Estat espanhòl e la Republica italiana. La sola causa que podèm far es de trabalhar a instaurar mai de democracia en França per tal que los interesses economics e culturals de las regions de « la Granda Occitania » sían preses en compte.

Siquenon, sèm preses per de calucs completament irrealistas.

Mas, de segur, nos cal pas mancar de dire que la region d’Occitània que se tròba dins l’Estat espanhòl (La Val d’Aran) a una situacion economica e lingüistica qu’es una vergonha per la Republica francesa : al nòrd del Pont del Rei es la misèria e la lenga se pèrd; al sud es la prosperitat e la meteissa lenga, l’occitan aranés, es ensenhada dins totas las escòlas. Sufís de comparar Sant Beat e Les per veire qu’aquò es evident.

Malgrat aquò, soi pas d’acòrdi ambe l’independentisme del Partit de la Nacion Occitana. I a entre l’Occitania e « la Francia » çò que miguel Primo de Rivera apelava « una irrevocable unidad de destino ». es pas deman que i aurà una « Republica d’Occitania » independenta de la Republica francesa. La França pòt pas existir sense l’Occitània. E una Euròpa sense la França auría una autra organizacion.

Autrament dich, l’independentisme occitan pòt pas mancar d’aver de repercussions al nivèl francés, europèu e mondial.

E pòt pas mancar d’espaurir nòstres compatriòtas que son de mai en mai nombroses a se sentir a l’encòp « franceses » e « occitans ». Lo prètzfach d’un òme politic pedagògue es de far passar l’idèa que sèm « franceses de ciutadanetat » e « occitans de nacionalitat », e qu’es realista de reconéisser las doas identitats. Ara, per popularizar una tala analisi, cal « aver lo biais ».

La França es un Estat ambe mai d’una nacion. Popularizar aquela idèa es una primièra estapa indispensabla.

L’Occitània es pas la Catalonha : caduna es una nacion, mas dins una situacion economica e de « consciencia nacionala » enòrmament desparièra. Metafisicament, sèm una nacion tant coma la Catalonha; istoricament, sèm dins una situacion talament diferenta que lo grand public son pas prèstes acceptar quin projècte que siá d’independéncia de l’Occitània.

Pensi que morirai sense que l’independentisme occitan siá vengut un projècte pres en compte per un grand partit politic. Mas, l’occitanisme progressarà dins la consciéncia populara.

 

Plan Amicalament, Jacme Taupiac                        

lo 28 de Julhet de 2017 

                        

Réponse

 

Merci à Jacme Taupiac pour cette lettre pleine d’encouragements et de réflexions sur le présent et l’avenir de la nation occitane. Au nom de la rédaction du Lugarn et du PNO je réponds point par point à certaines remarques.

 

Certes Ives Roqueta disait que « La France est tout sauf une nation ». Aveuglé par leur ressentiment envers la France impériale telle que nous la connaissons, beaucoup d’occitanistes se trompent. La France n’est pas qu’un Etat, c’est bien une nation qui au cours de son histoire a imposé sa loi à d’autres nations ou portions de nations (dont 95% de l’Occitanie).

Dans l’État français, la nation française a un territoire bien précis qui est celui où le français est langue indigène. De plus certains territoires de la nation française ne se trouvent pas dans l’État français actuel (cf. la Wallonie, la Suisse romande, le Val d’Aoste et le Québec) et entretiennent avec celui-ci des liens très forts. Est-ce un hasard ? Nous ne croyons pas à ce genre de hasard.      

 

Vous affirmez :

1 – que « La nacion occitana a tres estats a son servici ». Nous ne partageons pas votre optimisme. L’État français est au service exclusif de la nation française, c’est-à-dire de celles et ceux qui parlent français, c’est-à-dire les plus nombreux. Les États Espagnol et Italien sont dans la même logique démographique et impérialiste. Nos cousins catalans en savent quelque chose. Ils ont la chance de ne pas « bénéficier » de la citoyenneté française. De très larges secteurs de leur opinion publique ont compris que l’État espagnol était irréformable.

 

2 – qu’il y aurait « una irrevocable unidad de destino » entre la France et l’Occitanie : Nous nous inscrivons en faux contre une telle affirmation. L’accepter ce serait admettre que l’Occitanie serait atteinte ad vitam aeternam du syndrome de Stockholm qui veut que la victime (l’Occitanie) se prennne d’affection et de compassion pour son bourreau (La France). Si la situation est bien celle-ci en ce début du 21ème siècle, cela peut changer avec de la pédagogie.   

Selon vous « La França pòt pas existir sense l’Occitania. E una Euròpa sense la França auría una autra organizacion.

Autrament dich, l’independentisme occitan pòt pas mancar d’aver de repercussions al nivèl francés, europèu e mondial. »

Voici quelques exemples de ce qui adviendrait à une France sans Occitanie.

Le Tour de France cycliste ne passerait plus chaque été 8 à 10 jours chez nous. La France ne jouerait plus le Tournoi des 6 nations de rugby à XV. La France n’aurait plus d’accès direct à la Méditerranée et sa façade maritime atlantique serait réduite. Les régions occitanes ne serviraient plus de réservoirs à fonctionnaires pour la partie nordique de l’Etat français etc. Eh oui, l’Europe serait différente grâce à l’existence d’un État occitan indépendant.          

 

Vous déplorez à juste raison, que l’historien français Jules Michelet considérait la France comme « une personne » au-dessus de tout … et vous affirmez avec justesse que « l’Occitània es pas una persona mas es una nacion. ». Vous refusez d’appliquer à la nation occitane l’essentialisme qui caractérise les tenants de la nation française … nous aussi. Et nous pensons que si les nationalistes français de tout poil avaient une conception plus humaniste de leur nation, celle-ci ne serait pas oppressive envers ses voisines. Dans l’absolu, la France est un pays voisin et ami, mais ce n’est pas le nôtre.   

 

Vous faites un plaidoyer convaincant pour « Le principe de subsidiarité ». Il est utile de rappeler à nos fidèles lecteurs (dont Jacme Taupiac), que depuis que le PNO existe, il s’est toujours prononcé pour une Occitanie Fédérale et que ceci a été confirmé lors de la mise à jour du programme du PNO en 2016 : http://lo.lugarn-pno.over-blog.org/2016/11/parti-de-la-nation-occitane-mise-a-jour-du-programme-national.html  

 

Nous sommes bien d’accord qu’actuellement « La França es un Estat ambe mai d’una nacion » dont la nation française et qu’en application du principe de subsidiarité, il faudrait que cet État se fédéralise sur des bases ethnolinguistiques. À nous occitanistes, citoyens du pays auto-proclamé des « Droits de l’Homme » de convaincre nos compatriotes de la nécessité absolue de cette évolution pour aller vers de plus en plus d’émancipation nationale.      

 

En conclusion vous dites : « morirai sense que l’independentisme occitan siá vengut un projècte pres en compte per un grand partit politic »

Croire que l’indépendantisme occitan sera un jour enfin pris en compte par un grand parti politique français au sens hexagonal du terme est illusoire. Dans le long chemin vers l’indépendance d’un État occitan, il y aura des étapes qui s’appelleront « régionalisation plus poussée », « autonomie » etc.

Ces victoires ne seront pas obtenues par un ou des partis politiques français, elles le seront contre eux, grâce à des mobilisations démocratiques autour de partis occitans de tous bords qui seront sociologiquement majoritaires en Occitanie et videront les partis français présents chez nous de leur électorat.

 

Plan coralament                              

Gèli Grande,

copresident del PNO,

lo 4 de setembre de 2017            

 

Drapeau Occitan avec l'estella

Drapeau Occitan avec l'estella

Tag(s) : #Tribune libre, #Lo Lugarn