Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’occitan sur les plaques de rue à Agen : pourquoi faire?

À l’heure où la campagne présidentielle bat son plein, il peut paraitre incongru de parler de plaques de rue.

À Agen, le nouveau tronçon du boulevard, partiellement piétonnisé de la place Castex à la place du Pin, vient tout juste d’être inauguré le vendredi 18 mars.

Dommage que ni le maire d’Agen Jean Dionis ni Clémence Robert n’aient annoncé dans leurs discours la présence des nouvelles et fort jolies plaques de rue bilingues français-occitan. Un oubli involontaire sans nul doute.

Mais pourquoi de telles plaques alors que des esprits plus ou moins bien intentionnés nous rabâchent sans cesse que l’occitan est une langue morte et qu’au XXIe siècle, il faut passer à l’anglais voire au chinois.

Il faudrait tout de même rappeler qu’à Agen l’occitan est resté langue administrative et véhiculaire pendant des siècles avant d’être progressivement supplanté par le français, langue du pouvoir parisiano-centriste.

Ce patrimoine linguistique et culturel vaut la peine d’être récupéré et promu, surtout dans une période où beaucoup de gens en manque de repères trouvent refuge dans l’extrémisme politique ou religieux.

Il fait partie de notre identité.

Ce patrimoine appartient à tous les Agenais qu’ils soient d’ici ou venus d’ailleurs.

Puisque nous sommes dans un pays hyper-centralisé, il ne faut pas attendre de l’État qu’il encourage la diversité linguistique. Il le fait sur le plan international mais pas sur son territoire

Par contre des nouvelles grandes régions, pour nous la Nouvelle Aquitaine dont une grande partie est historiquement de langue occitane, comme des départements et des communes, on peut

attendre des politiques linguistiques ambitieuses pour valoriser et promouvoir l’occitan.

Bien sûr, la récupération de la langue occitane ne signifie nullement l’abandon du Français.

Elle passe par une offre de son enseignement à tous les niveaux de l’Éducation nationale, primaire, secondaire et supérieur.

Grâce au soutien actif de la municipalité, nous avons à Agen la Jansemineta, école occitane en immersion, mais aussi des classes bilingues dans le public à Élisée Reclus et à Marie Sentini.

Par contre, dans le secondaire, aucun établissement scolaire agenais ne propose de cours d’occitan. Le seul endroit où les Agenais peuvent apprendre notre langue est le Centre culturel qui propose un cours d’occitan pour adultes.

Le 12 mai 2015, Le maire d’Agen a inauguré la première plaque de rue bilingue, celle de la place Jasmin.

Aujourd’hui sur le périmètre d’Agen Coeur battant, une quarantaine de plaques vont être installées. Il y avait deux options:

Historiquement certaines artères d’Agen ont porté des noms différents au cours des siècles. Le maire d’Agen a choisi de ne pas reprendre les anciennes appellations en Occitan mais de privilégier la traduction en occitan des appellations actuelles.

Pourquoi pas ? L’occitan est aussi moderne que n’importe quelle autre langue. Ne le cantonnons pas dans le passé.

La graphie de l’occitan que nous avons utilisée est la graphie dite classique qui est celle de l’Institut d’Études Occitanes.

Poser ces plaques n’a rien de nostalgique ni de passéiste. Elles sont faites pour que les Agenais se posent des questions, pour qu’ils se rendent compte que l’occitan c’est leur langue et leur culture qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs.

L’occitan renaitra grâce aux jeunes et aux moins jeunes qui l’apprennent.

Ces plaques contribuent à cette renaissance.

Jean-Pierre Hilaire, référent pour la langue et la culture occitanes à la mairie d’Agen.

 

Agen, plaques de rue bilingues
Agen, plaques de rue bilingues

Agen, plaques de rue bilingues

Tag(s) : #Actualités, #Informations, #culture