Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après l'échec de la candidature Troadec

   Christian Troadec a jeté l'éponge pour les présidentielles. C'est un nouvel et sévère échec pour l'occitanisme politique. Bien sûr, on va se rassurer en disant que le système est tel qu'il fait un barrage insurmontable aux "petits" candidats. Cela est presque vrai, bien sûr, mais cela ne suffit pas à nous exonérer de nos responsabilités. Jacques Cheminade, François Asselineau, Nathalie Arthaud, Joan Lassala, ont trouvé leurs 500 signatures.

   Accéder aux médias "nationaux" à cette occasion aurait dû être un objectif prioritaire pour tous les partis "régionalistes" de l'hexagone. La quête des signatures aurait dû être, depuis au moins un an, un objectif prioritaire passant par une mobilisation continue, générale, voire dramatique. Cela aurait dû être l'affaire de tous.

   Nous avons la preuve d'une incapacité politique, mais y avait-il seulement une volonté politique ? Christian Troadec n'a même pas recueilli le nombre de signature correspondant aux maires de sensibilité "régionaliste". C'est un échec cuisant. C'est, encore une fois, notre échec.

   Christian Troadec a dit qu'il se rabattait sur les législatives. Mais non ! Dans une société aussi centralisée, ce qui ne passe pas par les canaux centraux, n'existe pas. Alors, aller aux législatives, dans la tambouille politicienne pour essayer d'arracher un strapontin inutile, est-ce cela notre seule ambition ?

   Certains migrent vers le combat anti-F.N., comme succédané à leur défaillance autonomiste. Il est vrai que le Partit Occitan ne se dit plus autonomiste, mais seulement écologiste et de gauche, voire seulement de gauche, et basta ! Il est vrai que les alliés traditionnels d'E.E.L.V., montrent le chemin de la décomposition malodorante.

   Mais que proposons nous ? Face à l'effondrement d'un système politique à bout de souffle, qui nous a toujours méprisés, cette élection était pour nous l'occasion d'une refondation politique.

   À la course à l'échalote de " plus français que moi, tu meurs ", nous avons notre chance. Encore faut-il qu'il nous reste un peu de clairvoyance, de liberté, d'abnégation, de détermination.

   Le F.N., à la limite, est un problème franco-français, utilisé de façon perverse par François Mitterrand, alimenté par les actes incohérents des gouvernements successifs par rapport à leurs promesses électorales et par leur surdité aux préoccupations des plus démunis, dans un contexte mondial d'un système économique et financier dévoyé par ceux qui ont le pouvoir, et donc incapable de garantir une justice sociale et citoyenne. Alors maintenant, il faut assumer.

   Il est clair que je ne voterai pas F.N., ni au premier, ni au second tour, et pas plus hier que demain. Mais au-delà, je refuse une énième manipulation, de répondre à la peur, de cautionner une classe politique abjecte et cynique.

   Il y a fort peu de risque objectif que le F.N. arrive au pouvoir en cette occasion. Mais on va nous resservir la dramaturgie hystérique de 2002. Elle est l'ultime moyen pour le système de maintenir l'électorat en laisse, pour le bénéfice de la classe en place. Mais cela ne suffit plus. Quand on va droit dans le mur, il y a un moment ou il ne suffit plus de freiner, il faut changer de direction.

   S'il faut entrer en résistance, nous y entrerons. Mais en attendant, restons nous-mêmes, ne nous renions pas, ne sacrifions pas nos objectifs pour un plat de lentilles, qu'en plus, ils nous mangerons sur le dos.

   Notre seul but devrait être de bâtir une force politique autonome (avec R. P. S. au niveau hexagonal) claire, cohérente, volontaire, lisible, visible et sincère. Là où la Catalogne et l'Écosse avancent, nous, nous cultivons encore le compromis et la compromission.

   À force de prendre les chemins de "Peu importe", on arrive au village de "se j'avais su " ! Trop tard !

                                                                               Jacme Pince

                                            Occitània e Libertat, lo 20 de març de 2017

Après l'échec de la candidature Troadec

Après l'échec de la candidature Troadec

Tag(s) : #Tribune libre, #Présidentielle 2017