Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Burkini : le P.N.O. diffuse la parole de Mme Badinter

   Certains se seront peut-être étonnés que jusqu'à maintenant le Partit de la Nacion Occitana, ne se soit pas prononcé sur la polémique concernant le port du "burkini" sur les plages occitanes. Considérant qu'il s'agit là d'un fait de société qui va à l'encontre des droits des femmes et que beaucoup de choses ont été dites sûr le sujet, pour faire court e résumer sa position, la rédaction du Lugarn choisit de publier aujourd'hui, en français et en occitan, un petit article de Madame Elisabeth Badinter paru dans le Nouvel Observateur daté du 9 juillet 2009. Ce texte concis est le reflet de l'intelligence, que nous connaissons, de la grande humaniste française qu'est Madame Elisabeth Badinter. Il s'agit d'un article déjà présent sur une multitude de sites Internet, mais c'est la première fois qu'il est diffusé dans sa traduction occitane. Il invite à la réflexion concernant la défense des droits humains aujourd'hui mis en cause par le fanatisme religieux.

Adresse à celles qui portent volontairement la burqa

  Après que les plus hautes autorités religieuses musulmanes ont déclaré que les vêtements qui couvrent la totalité du corps et du visage ne relèvent pas du commandement religieux mais de la tradition, wahhabite (Arabie Saoudite) pour l’un, pachtoune (Afghanistan/Pakistan) pour l’autre, allez-vous continuer à cacher l’intégralité de votre visage?

  Ainsi dissimulées au regard d’autrui, vous devez bien vous rendre compte que vous suscitez la défiance et la peur, des enfants comme des adultes.

  Sommes-nous à ce point méprisables et impurs à vos yeux pour que vous nous refusiez tout contact, toute relation, et jusqu’à la connivence d’un sourire ?

  Dans une démocratie moderne, où l’on tente d’instaurer transparence et égalité des sexes, vous nous signifiez brutalement que tout ceci n’est pas votre affaire, que les relations avec les autres ne vous concernent pas et que nos combats ne sont pas les vôtres. Alors je m’interroge : pourquoi ne pas gagner les terres saoudiennes ou afghanes où nul ne vous demandera de montrer votre visage, où vos filles seront voilées à leur tour, où votre époux pourra être polygame et vous répudier quand bon lui semble, ce qui fait tant souffrir nombre de femmes là-bas ?

  En vérité, vous utilisez les libertés démocratiques pour les retourner contre la démocratie. Subversion, provocation ou ignorance, le scandale est moins l’offense de votre rejet que la gifle que vous adressez à toutes vos soeurs opprimées qui, elles, risquent la mort pour jouir enfin des libertés que vous méprisez.

  C’est aujourd’hui votre choix, mais qui sait si demain vous ne serez pas heureuses de pouvoir en changer. Elles ne le peuvent pas… Pensez-y.

Elisabeth Badinter

Traduccion en lenga nòstra:

Adreiça a las que cargan volontariament la borcà

  Aprèp que las pus nautas autoritats religiosas musulmanas ajan declarat que los vestits que cobrisson la totalitat del còs e de la cara èran pas del domèni d'un comandament religiós mas de la tradicion, wahhabita (Arabia Saudita) diguèt l'un, pachtona (Afganistan/Paquistan) diguèt l'autre, qual sap s'anatz contunhar d'amagar l'integralitat del vòstre caratge ?

  Atal dissimulada a l'agach d’autrú, vos devètz ça que la mainar que congreatz la desfisança e la paur, dels mainatges coma dels adultes.

  Sèm per vosaus a tal punt mespresables e impurs que nos refusètz tot contacte, tota relacion, e fins a la connivéncia d'un sorire ?

  Dins una democracia modèrna, ont se tempta d'instaurar transparéncia e egalitat dels sèxes, nos significatz brutalament que tot aquò es pas vòstre afar, que las relacions amb los autres vos concernisson pas e que nòstres combats son pas los vòstres. Alavetz, m'interrògui : perqué ganhar pas las tèrras sauditas o afganas ont aquí degun vos demandarà pas de mostrar vòstra cara, ont las vòstras filhas serán veladas a torn vengut, ont lo vòstre espós poirà èsser poligame e vos repudiar quand aquò li agradarà, causa que fa tant patir fòrça femnas d'enlai ?

  Per dire la vertat, utilisatz la libertats democraticas per las revirar contra la democracia. Subversion o provocacion, l'escandal aquò's mens l'escòrna del vòstre regèt que la mifla qu'adreissètz a totas las sòrres oprimidas que riscan la mòrt tre que vòlon enfin gausir de las libertats que mespresatz.

Uèi es vòstra causida, mas qual sap se deman vos sentirètz pas urosas de ne poder cambiar. Elas o pòdon pas… Pensatz-i.

Na Elisabeth Badinter

Adreiça a las que cargan volontariament la borcà.

Adreiça a las que cargan volontariament la borcà.

Tag(s) : #Actualités