Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Manifestation de Montpellier pour l’occitan

le samedi 24 octobre 2015

On peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein.

Cette manifestation était officiellement boudée par le Félibrige ( ce qui n’ a pas empêché les félibres de Prouvenço d’aro et d’autres félibres de venir), la FELCO (grande dénonciatrice des organisateurs de la manifestation : Calandreta et l’IEO) et tous les occitanistes qui pensent que la manifestation aurait du se passer ailleurs, à Marseille par exemple, sans se préoccuper de savoir si localement il y avait une équipe désireuse de porter le projet, ou qui pensent qu’il aurait fallu manifester à Paris ou démultiplier la manifestation dans plusieurs villes occitanes.

Il y a aussi les occitanistes qui sont venus à Montpellier mais qui n’étaient pas satisfaits du parcours de la manifestation qui passait par des zones quasiment désertes.

Pour protester, le POC et Libertat ont organisé une manifestation parallèle pacifique, à laquelle le PNO n’était pas invité (cette action était annoncée sur facebook et un de nos militants avait pris ouvertement position contre elle. C'est sûrement pour cette raison que le PNO n'a pas été invité), qui s’est rendue à la préfecture. Libre à eux. Au moins, ils étaient là.

Certains ont trouvé les slogans utilisés indigents.

Il y a aussi ceux qui ne sont pas venus soit en raison de la distance soit parce que le choix de Montpellier leur paraissait être une nouvelle illustration du centralisme languedocien.

Il y a enfin les provençalistes du Collectif Provence, les enragés anti-occitans, qui, comme par hasard, ont organisé même jour à Arles une manifestation appelée « Gardaren Prouvenço » pour saboter la manifestation de Montpellier.

Tous ces obstacles laissaient prévoir que nous ne serions pas aussi  nombreux qu’à Toulouse en 2012.

On peut aussi considérer que le verre est à moitié plein. Malgré tout, nous avons été des milliers à manifester et les manifestants n’étaient pas tout à fait les mêmes qu’à Toulouse. On notait pas mal de jeunes et de familles avec des enfants, des gens qui, dans le monde incertain dans lequel nous vivons, s’accrochent à leur identité occitane ou la découvrent.

Le Parti de la Nation Occitane était représenté par un bon groupe de militants derrière une banderole. Ces militants ont distribué un tract très politique sur la langue occitane. Il a été bien accueilli. On venait même nous en demander.

Il fallait venir, c’est sûr même si on peut déplorer la faiblesse de la couverture médiatique par rapport à Toulouse en 2012. Nous ferons connaître nos idées et nous gagnerons des adhérents en allant sur le terrain

Cela n’interdit nullement de se poser des questions sur la suite. Faudra t-il une nouvelle grande manifestation en 2017 avant l’élection présidentielle ? Est-ce que cette forme d’action doit être remplacée par d’autres ?

David Grosclaude propose la création d’une Convention pour la langue occitane, ce qui lui vaut des critiques. Certains y voient une nouvelle OPA de sa part sur le mouvement occitan. D’autres lui font remarquer que c’est le rôle de l’ANOC qui est en cours de création.

Certes, le mouvement occitan doit rechercher l’unité mais il faut aussi que les règles du jeu soient claires : cette unité exclut le succursalisme, c’est à dire l’allégeance aux partis et mouvements français. Les Occitans de l’Etat français, espagnol, italien et monégasque, c’est à dire la société civile, doivent, comme en Catalogne, se rassembler quel que soit leur positionnement idéologique au nom de l’intérêt supérieur de la nation occitane.

C’est seulement ainsi que notre longue marche de Carcassonne  en 2005 à Montpellier en 2015, n’aura pas été en vain.

JP Hilaire, vice-président du PNO

26 octobre 2015

                   ***********************************************

Manifestacion de Montpelhièr :

podèm dire que lo veirat es mièg vuèg o mièg comol?

 Aquela manifestacion èra oficialament fonhada pel Felibritge (çò qu’empachèt pas los felibres de Prouvenço d’aro e d’autres felibres de venir), la FELCO (granda denonciatritz dels organizators de la manifestacion: Calandreta e l’IEO) e totes los occitanistas que pensan que la manifestacion s’auriá degut passar endacòm mai, a Marselha per exemple, sens se preocupar de saber se localament i aviá una còla desirosa de portar lo projècte, o que pensan qu’auriá calgut manifestar a París o demultiplicar la manifestacion dins mai d’una vila occitana.

 I a tanben los occitanistas que sont venguts a Montpelhièr mas qu’èran pas contents del trajècte de la manifestacion que passava per de zònas gaireben desertas.
 Per protestar, lo POC e Libertat organizèron una manifestacion parallèla pacifica, a laquala lo PNO èra pas convidat (aquela accion èra estada anonciada sus Facebook e un de nòstres militants aviá pres francament posicion contra ela. Es segurament per aquela rason que lo PNO èra pas estat convidat). Anguèron a la prefectura. Liure a eles. Al mens, èran aquí.
 D’unes trobèron los eslogans utilizats paures.
 I a tanben los que venguèron pas siá per l’encausa de la distància siá perque la causida de Montpelhièr lor pareissiá èsser una novèla illustracion del centralisme lengadocian.
 I a fin finala los provençalistas du Collectiu Provença, los enrabiats antioccitans, que, coma per azard, avián organizat lo meteis jorn en Arle una manifestacion apelada “Gardaren Prouvenço” per sabotar la manifestacion de Montpelhièr.
 Totas aquelas empachas fasián preveire que seriam pas tan nombroses coma a Tolosa en 2012.
 Podèm dire tanben que lo veire es a mièg comol. Malgrat tot, foguèrem de milierats a manifestar e los manifestants èran pas del tot los meteisses coma a Tolosa. Se notaba pro de joves e de familhas amb de drollets de mond, que dins lo mond incertan ont vivèm, s’arrapan a lor identitat occitana o la descobrisson.
 Lo Partit de la Nacion Occitana èra representat per un bon grop de militants darrèr una bandièròla. Aqueles militants despartissián un papieron plan politic sus la lenga occitana. Foguèt plan aculhit. Lo venián quitament demandar.
 Solide que caliá venir amai se podèm deplorar la flaquesa del tractament mediatic rapòrt a Tolosa en 2012. Farem coneisser nòstras idèas e ganharem de sòcis en anant sul terren.
 Empacha pas brica de se pausar de questions sus la seguida. Caldrà una novèla manifestacion granda abans l’eleccion presidenciala? Aquela forma d’accion deu èsser remplaçada per d’autras?
 David Grosclaude prepausa la creacion d’una Convencion per la lenga occitana, çò que li val de criticas. D’unes i veson una novèla OPC (Ofèrta Publica de Crompa) de sa part sul movement occitan. D’autres li fan remarcar qu’aquò es lo ròtle de l’ANÒC qu’es a se crear.
 De segur, lo movement occitan deu cercar l’unitat mas cal tanben que las règlas del jòc sián claras: aquela unitat exclaus lo sucursalisme, es a dire l’aleujança als partits e movements franceses. Los Occitans de l’Estat francés, espanhòl, italian e monegasc, es a dire la societat civila, devon, coma en Catalonha, se recampar quin que siá lor posicionament ideologic al nom de l’interès superior de la nacion occitana.
 Es solament atal que nòstra longa marcha de Carcassona en 2005 a Montpelhièr en 2015, serà pas estada en bada.

Manifestation de Montpellier pour l’occitan   le samedi 24 octobre 2015.

Manifestation de Montpellier pour l’occitan le samedi 24 octobre 2015.

Tag(s) : #Tribune libre