Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est avec plaisir que nous passons la réponse de Eric Fraj au journaliste de l'Express suite à l'article sur son livre.

COMUNICAT DE PREMSA – COMMUNIQUE DE PRESSE

Version occitana ( version française en bas de page ) :

M. Feltin-Palas, jornalista a l’Express, metèt en linha sul siti www.lexpress.fr, le 27 de genièr de 2015, un compte-rendut de mon libre Quin occitan per deman ?, paregut en decembre 2013 en çò de Reclams (per la primièra edicion). Le mercèji de l’aver fèit : son pas tan nombroses les jornalistas que, de París estant, s’interèssan a las lengas ditas « regionalas ». Aquò dit, me pòdi pas satisfèr del contengut d’aquel article, tròp plen d’errors e de generalizacions abusivas. D’efièit :

- quand evòca « la violence dont ce milieu est capable », de qué parla ? Aicí i a un procediment de dramatizacion que revèrta pas la realitat : les occitanistas debaten, de còps vivament, mes la violéncia, quitament verbala, i es rara. Doncas, res que siá pas comun e se conesca pas tanben endacòm mès…

- quand afirma que denóncii « les erreurs de stratégie du mouvement occitaniste » (legenda de la fotografia), fa una globalizacion contrària a çò que mon libre ditz. Per ieu, i a mès d’un occitanisme, doncas existissen d’estrategias diferentas segon çò qu’es visat e tanben segon le domeni concernit : çò politic, çò educatiu, çò artistic, etc., e cadun d’aquelis domenis se pòt al sieu torn devesir en sosensembles especifics. Mon libre parla doncas d’errors dins certanas practicas pedagogicas e dins certanas visions de çò qu’es e deu èsser la lenga e le combat necessari a la sia resocializacion. Somet pas a critica una « stratégie du mouvement occitaniste » que, a mon vejaire, es pas qu’un fantasme que son ròtle es benlèu d’espaurugar le monde que son pas assabentats de la realitat efectiva. Globalizacion falsa tanben per çò qu’es del sostítol : « Le piètre niveau des enseignants » : un autre còp s’oblidan las nuanças de mon escrit, çò que balha al legeire un imatge globalament negatiu de l’ensenhament de l’occitan e un imatge plan alunhat de la realitat contrastada qu’es la nòstra. Cal esperar la fin del paragrafe per aver un « certains professeurs » mès fidèl a mon prepaus, mes tròp tard, le mal es fèit. Quant a l’accent, le lexic o la sintaxi dels locutors novèls, ma critica pòrta sustot sul fèit que son de còps tròp distants del biais popular de parlar, çò que pòt alunhar l’occitanofòne non-occitanista de l’occitanista. S’agís doncas pas de denonciar lor caractèr « typiquement français » (al contrari, reivindiqui la legitimitat de plan de francismes – que permeten la comunicacion ambe’l pòble – fàcia a un vocabulari tròp literari o arcaïc, quand es pas inventat). Mon libre plaideja sustot per l’intelligéncia de situacion : saber adaptar son discors al lòc e a l’interlocutor. E d’aquela obsession mia, essenciala, centrala, M. Feltin-Palas ne ditz pas explicitament res…

- çò pus grave : le còr de l’article deissa supausar que, per ieu, l’unicitat de la lenga d’Òc seriá un « mythe fondateur ». Engeti totalament aquela insinuacion. Mon libre – sufís de le legir amb d’uèlhs objectius – es mès que clar sus aquel subjècte : a prepaus de ma critica de la nocion de dialècte, i afortissi que l’occitan es pas quicòm mès que le lengadocian, le gascon, le lemosin, le provençal, l’auvernhat, le vivaroalpenc ; l’occitan es pas en defòra ni al dessús d’aquelas modalitats principalas, l’occitan ES aquelas modalitats e res mès. E le quiti occitan standard, que d’unis ne fan la promocion, se dessenha al dintre del lengadocian, n’es una modalitat. L’occitan existís, es pas un mite, es unic (es un intersistèma diferent dels intersistèmas castelhan, catalan, italian, portugués, francés, etc.) mes pas omogenèu. L’univocitat de ma posicion sembla escapar completament a M. Feltin-Palas que s’exprimís allusivament, sens definir les tèrmes importants que juxtapausa, çò que fa qu’òm sap pas tròp si la « norme déconnectée du réel » evocada es l’occitan pròpiament dit o un dels « deux niveaux de langue » qu’i fa referéncia just après sens mès de precision, çò que fa que confond ma critica de la cresença realista al dialècte ambe ma critica del mesprètz que d’unis mòstran pel « nivèl » de lenga dit « popular ». Confusion involontària o volontat amagada de legitimar, en se servissent biaissudament d’un escrit occitanista, l’idèia que i a sonque de lengas d’Òc ? Sabi pas, mes l’impression d’instrumentalizacion es fòrta. Per ieu l’evidéncia scientifica e existenciala es aicesta : i a pas qu’una lenga d’Òc, es una e multipla a l’encòp, coma n’es tota lenga viva. Una evidéncia que partejan tanben l’I. E. O., la FELCO, le Pen Club de lenga d’Òc, le CPLO, e plan d’autras institucions e personas, entre elas la maja part dels lingüistas ; es pasmens una evidéncia que – per d’unis – sembla encara de mal comprene …

- atal encara, quand parla, en general, de « l’enseignement d’une langue hors-sol », M. Feltin-Palas fa coma si ma critica pertocava l’ensemble de l’ensenhament de l’occitan mentre que ne concernís qu’un aspècte eventual, pas sistematic, sens caractèr massiu. L’amalgama e la generalizacion abusiva perseguissen quand l’autor me fa dire que totis les militants occitanistas son ineficaces (« le manque d’efficacité des militants occitanistes ») o tocats per l’ideologia de la puretat (« (…) ceux-ci vivent dans le mythe de la pureté »). Ont deplori tentacions, tendéncias encara minoritàrias, causidas individualas, l’article suggerís practicas generalizadas, egemonicas. Ont instauri un questionament (véser la question dubèrta qu’entitola mon libre), ont fau pas que prolongar un debat entre egalas e egals ja entemenat per d’autris (Josiana Ubaud sul sieu blògue, la FELCO dins sos tèxtes oficials, e tant d’autras personas en public o en privat), la tentacion es granda d’i véser pas, ailàs, que le combat inegal d’un aleçonaire quilhat sol contra totis, d’un eroïc Galilèu expausat a la bestiesa d’una novèla Santa Inquisicion. Som pas segur que M. Feltin-Palas l’aja defugida aquela tentacion, ni qu’aja comprés que ma paraula, solidària de la cèrca malaisida dels occitanistas e que ne pren sa part, fa pas que cristallizar, qu’explicitar, consideracions, angoissas e questions que ja circulavan per l’aire del nòstre moment istoric…

- per totas las rasons donadas çai-sús, perque me fa dire causas que disi pas, afirmi doncas per aqueste comunicat :

1°) que le compte-rendut de M. Feltin-Palas m’apareis pas vertadièrament fidèl al prepaus de mon libre ;

2°) que regrèti l’escasença mancada…

3°) que mon libre ditz plan de per se de qué ne vira exactament.

Eric Fraj - Carbona, le dijaus 5 de febrièr de 2015.

 

Version française :

M. Feltin-Palas, journaliste à l’Express, a mis en ligne sur le site www.lexpress.fr, le 27 janvier 2015, un compte-rendu de mon libre Quin occitan per deman ?, paru en décembre 2013 chez Reclams (pour la première édition). Je le remercie de l’avoir fait : ils ne sont pas si nombreux les journalistes qui, depuis Paris, s’intéressent aux langues dites « régionales ». Cela étant, je ne peux pas me satisfaire du contenu de cet article, présentant trop d’erreurs et de généralisations abusives. En effet :

- quand il évoque « la violence dont ce milieu est capable », de quoi parle-t-il ? Il y a là un procédé de dramatisation qui déforme la réalité : les occitanistes débattent, parfois vivement, mais la violence, même verbale, y est rare. Donc, rien que de très banal, rien qui n’existe aussi ailleurs…

- quand il affirme que je dénonce « les erreurs de stratégie du mouvement occitaniste » (légende de la photographie), il pratique une globalisation contraire à ce que mon libre fait. Pour moi, il y a plusieurs occitanismes, donc il existe des stratégies différentes selon ce qui est visé et aussi selon le domaine concerné : le politique, l’éducatif, l’artistique, etc., et chacun de ces domaines peut à son tour être divisé en sous-ensembles spécifiques. Mon livre parle donc d’erreurs commises dans certaines pratiques pédagogiques et dans certaines visions de ce qu’est ou doit être la langue et le combat nécessaire à sa resocialisation. Il ne remet pas en cause une « stratégie du mouvement occitaniste » qui, de mon point de vue, n’est qu’un fantasme, dont le rôle est peut-être ici d’effrayer celles et ceux qui n’ont pas connaissance de la réalité effective. Fausse globalisation aussi pour ce qui est du sous-titre (« Le piètre niveau des enseignants ») : une fois encore il oublie les nuances de mon écrit, ce qui donne au lecteur une image globalement négative de l’enseignement de l’occitan et une image bien éloignée de la réalité contrastée qui est la nôtre. Il faut attendre la fin du paragraphe pour avoir un « certains professeurs » plus fidèle à mon propos, mais trop tard, le mal est fait. Quant à l’accent, le lexique ou la syntaxe des nouveaux locuteurs, ma critique porte surtout sur le fait qu’ils sont parfois trop distants de la manière populaire de parler, ce qui peut éloigner l’occitanophone non-occitaniste de l’occitaniste. Il ne s’agit donc pas de dénoncer leur caractère « typiquement français » (au contraire, je revendique la légitimité de bien des francismes – qui permettent la communication avec le peuple – face à un vocabulaire trop littéraire ou archaïque, quand il n’est pas inventé). Mon livre plaide surtout pour l’intelligence de situation : savoir adapter son discours au lieu et à l’interlocuteur. Et de cette obsession mienne, essentielle, centrale, M. Feltin-Palas ne dit explicitement rien…

- le plus grave : le cœur de l’article laisse supposer que, pour moi, l’unicité de la langue d’Oc serait un « mythe fondateur ». Je récuse totalement cette insinuation. Mon livre – il suffit de le lire objectivement – est on ne peut plus clair sur ce sujet : à propos de ma critique de la notion de dialecte, j’y affirme que l’occitan n’est pas autre chose que le languedocien, le gascon, le limousin, le provençal, l’auvergnat, le vivaro-alpin ; l’occitan ne se tient pas en dehors ni au dessus de ces principales modalités, l’occitan EST ces modalités et rien d’autre. Et même l’occitan standard, dont certains font la promotion, ne se dessine pas ailleurs qu’au sein du languedocien, il en est une modalité. L’occitan existe, ce n’est pas un mythe, il est unique (c’est un inter-système différent des inter-systèmes castillan, catalan, italien, portugais, français, etc.) mais pas homogène. L’univocité de ma position semble échapper complètement à M. Feltin-Palas qui s’exprime allusivement, sans définir les termes importants qu’il juxtapose, ce qui fait qu’on ne sait pas trop si la « norme déconnectée du réel » évoquée est l’occitan proprement dit ou un des « deux niveaux de langue » auxquels il fait référence juste après sans autre précision, ce qui fait qu’il confond ma critique de la croyance réaliste au dialecte avec ma critique du mépris que certains manifestent à l’égard du « niveau » de langue dit « populaire ». Confusion involontaire ou volonté cachée de légitimer, en se servant habilement d’un écrit occitaniste, l’idée qu’il n’y a que des langues d’Oc ? Je n’en sais rien, mais l’impression d’instrumentalisation est forte. Pour moi, l’évidence scientifique et existentielle est celle-ci : il n’y a qu’une langue d’0c, une et multiple à la fois, comme l’est d’ailleurs toute langue vivante. Une évidence que partagent aussi l’I. E. O., la FELCO, le Pen Club de langue d’Oc, le CPLO, et bien d’autres institutions et personnes, entre autres la grande majorité des linguistes ; c’est pourtant une évidence que certains ont encore visiblement beaucoup de mal à comprendre …

- ainsi, quand il parle, en général, de « l’enseignement d’une langue hors-sol », M. Feltin-Palas fait comme si ma critique touchait l’ensemble de l’enseignement de l’occitan alors qu’elle ne concerne qu’un aspect éventuel, non-systématique, sans caractère massif. L’amalgame et la généralisation abusive continuent quand l’auteur me fait dire que tous les militants occitanistes sont inefficaces (« le manque d’efficacité des militants occitanistes ») ou pris par l’idéologie de la pureté (« (…) ceux-ci vivent dans le mythe de la pureté »). Où je déplore des tentations, des tendances encore minoritaires, des choix individuels, l’article suggère des pratiques généralisées, hégémoniques. Où j’instaure un questionnement (cf. la question ouverte qui donne son titre à mon livre), où je ne fais que prolonger un débat entre égales et égaux déjà entamé par d’autres (Josiane Ubaud sur son blog, la FELCO dans ses textes officiels, et tant d’autres personnes en public ou en privé), la tentation est grande de ne voir, hélas, que le combat inégal d’un donneur de leçons dressé seul contre tous, d’un héroïque Galilée en butte à la bêtise d’une nouvelle Sainte Inquisition. Je ne suis pas sûr que M. Feltin-Palas ait évité cette tentation, ni qu’il ait compris que ma parole, solidaire de la recherche difficile des occitanistes et qui y a sa part, ne fait que cristalliser, qu’expliciter, des considérations, des angoisses et des questions qui étaient déjà dans l’air de notre moment historique…

- pour toutes les raisons données ci-dessus, parce qu’il me fait dire des choses que je ne dis pas, j’affirme donc par ce communiqué :

1°) que le compte-rendu de M. Feltin-Palas ne m’apparaît pas véritablement fidèle au propos de mon livre ;

2°) que je regrette l’occasion manquée…

3°) que mon livre dit bien par lui-même de quoi il retourne exactement.

Eric Fraj – Carbonne, le 5 février 2015.

Quin occitan per deman ? par Eric Fraj

Quin occitan per deman ? par Eric Fraj

Tag(s) : #Tribune libre