Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Samedi 25 janvier, à la Mairie de L'Isle-Jourdain, à l'initiative de "Bastir! - Gascogne Toulousaine" s'est déroulée une réunion publique d'information du mouvement "Bastir!" (initialement : "Manifeste Occitaniste"), avec de nombreux membres de l'encadrement ("Comité de Pilotage") de ce mouvement, à commencer par son fondateur, David Grosclaude, Conseiller Régional d'Aquitaine (Parti Occitan), de Guilhèm Latrubesse, Conseiller Régional de Midi-Pyrénées (Parti Occitan), Jean-Luc Davezac (délégué "Bastir!" sur L'Isle-Jourdain) et Georges Nosella (Comité de Pilotage "Bastir! - Gers") ; invités également présents à la tribune, Nicolau Rei-Bèthvéder, membre de "Bastir!" de la liste "Alternativa ende Sent-Lis", ainsi que les deux co-fondateurs du Rassemblement Eco-Citoyen 32, Alexis Boudaud de Auch et Mélanie Bourgeois de L'Isle-Jourdain.

  Le local de l'étape, Jean-Luc Davezac, a donc ouvert la séance en rectifiant au passage quelques informations erronées véhiculées par la presse locale qui, en raison de la présence annoncée des deux membres fondateurs du Rassemblement Eco-Citoyen 32 (né officiellement une semaine auparavant dans à cet endroit même, dans la Mairie de L'Isle-Jourdain), a fait l'amalgame entre les deux mouvements "Bastir!" / "Rassemblement Eco-Citoyen 32", et a présentée abusivement ladite réunion "Bastir!" comme une présentation... du Rassemblement Eco-Citoyen 32 ! l'erreur est humaine, surtout lorsque l'on sait que Alexis Boudaud et Mélanie Bourgeois, les deux co-fondateurs du Rassemblement Eco-Citoyen 32, sont également signataires du "Manifeste Occitaniste" (="Bastir!"). Autre rectification : contrairement à ce qui a été annoncé dans la presse, "32" ne désigne pas le nombre de membres fondateurs du Rassemblement Eco-Citoyen, mais simplement de numéro du département (32 = Gers!). Enfin, Jean-Luc Davezac a évoqué l'absence notable de nombreuses personnes qui, soit pour des raisons personnelles, soit parce-que déjà impliquées ailleurs ("dictada occitana", réunions etc), soit simplement en fait en raison des conditions climatiques épouvantables (crues), nous ont prévenues de leur impossibilité de venir ! notons toutefois la présence dans la salle d'un candidat "Bastir!" aux municipales en Ariège qui lui a le mérite d'avoir fait le déplacement dans des conditions de route exécrables ! Aux gens motivés, rien d'impossible !

  David Grosclaude et Guilhèm Latrubesse ont donc évoqué les grandes lignes du projet "Bastir!", bien évidemment sur les opportunités à saisir pour promouvoir localement la langue et la culture occitane (mais pas seulement, le programme de "Bastir!" est très large), rappelant au passage que si "Bastir!" n'est pas un parti politique, il n'en demeure pas moins que la récupération de l'identité autochtone (Occitane, Gasconne... peu importe le nom que l'on lui donne) passe obligatoirement par la case "décisionnaire", et que toute les bonnes volontés citoyennes locales en ce sens seront à un moment donné soumises à l'approbation d'élus, et que donc, à ce titre, il est impératif que les acteurs locaux s'impliquent directement dans la vie politique de leurs communes respectives s'ils souhaitent un jour voir leurs projets aboutir. D'où en ce moment, et en raison des échéances électorales immédiates, sur le court terme le concept "Bastir - municipalas 2014" (et au passage, leur soutien de fait à Jean-Luc Davezac puisque celui-ci a demandé l'investiture "Bastir! - municipalas 2014").

  Bien évidemment, la base de travail de "Bastir!" est une base consensuelle "au minimum" valable pour l'Occitanie toute entière, et adaptable selon les opportunités locales... Là-dessus, Jean-luc Davezac rebondit en soulignant qu'à ce titre, justement, L'Isle-Jourdain est une ville "Occitane" modèle dans la mesure où il y a déjà depuis des décennies un travail de fond de fait en la matière (citant au passage le regretté Pierre Lasserre), que spontanément les citoyen et les élus Lislois (l'ancien maire, Michel Ghirardi, a également été cité au cours de l'intervention) ont travaillé ensemble à conserver leur identité Occitane intrinsèque, voire mieux, l'affichent aujourd'hui ouvertement tout en dédramatisant le débat, en soulignant que "l'identité Occitane appartient à tout le monde", l'identité Occitane n'est pas un concept sectaire, au contraire, c'est une identité d'adoption, d'ouverture à l'autre, d'où l'intérêt de l'afficher ouvertement pour que tout le monde puisse s'en imprégner et l'acquérir la plus naturellement possible, que ce soit par le biais de l'enseignement (cours d'occitan), de la présence visible de la langue écrite (plaques de rues bilingues), ou de manière plus festive par les actions culturelles locales durant lesquelles la langue Occitane est très présente (les associations Lisloises, "Escota e Minja", "Carnaval Gascon", "Canta L'Isla" ne déméritent pas en la matière !).

  En revanche, si L'Isle-Jourdain est déjà très en avance sur le programme proposé de manière globale à l'Occitanie toute entière par "Bastir!", il va sans dire comme le souligne Jean-Luc Davezac que l'on peut aller beaucoup plus loin encore ! d'autant qu'il y a sur place une demande en ce sens émanant du milieu culturel lui même... En ce sens, L'Isle-Jourdain est une ville phare pour "Bastir!", dans la mesure où sur la base de ce qui a été déjà réalisé, d'autres villes peuvent s'en inspirer pour à leur tour essayer de "récupérer" ce qui n'est pas encore tout-à-fait perdu... C'est d'ailleurs l'idée majeure de "Bastir!" : plutôt que chacun fasse sa "cuisine" dans son coin, l'idée est de partager son expérience en évoquant, de manière concrète, pragmatique et collective, les moyens mis en oeuvre pour y parvenir... Et par expérience, l'on sait déjà par avance que cela passera, à un moment où à un autre, par la case "politique" : au final, les élus sont les ultimes décisionnaires !

  Et il y a urgence ! car comme le souligne le référent "Bastir!" de la ville voisine de St-Lys, Nicolau Rei-Bèthvéder, la "dés-occitanisation" de notre société est étroitement liée à l'évolution du mode de vie, de l'urbanisme, et de facteurs sociétaux plus généraux qui font que la prise de conscience et l'adoption de l'identité locale intrinsèque n'est pas quelque-chose de spontané ! citant le cas de sa ville, l'extension de l'agglomération Toulousaine fait aujourd'hui de la périphérie de St-Lys une cité-dortoir aseptisée et anonyme dans laquelle certains connaissent à peine le nom de la commune sur laquelle ils résident ! autant dire que pour eux, l'attachement à l'identité Occitane locale est un concept qui ne leur effleure même pas l'esprit... Alors que paradoxalement, le nom de St-Lys a longtemps été (et est encore) attaché au souvenir de Charles Mouly, créateur des personnages mythiques de la culture populaire Occitane "Catinou e Jacouti", connus dans l'Occitanie toute entière, de Nice à Bordeaux ! l'urbanisation mal gérée, on le voit dans ce cas précis, peut avoir des conséquences dramatiques sur la perte de l'identité et donc de l'originalité de nos villes : alors que des pièces de théâtre en occitan de "Catinou et Jacouti" sont encore de nos jours jouées avec succès aux quatre coins de l'Occitanie, beaucoup de résidents actuels de St-Lys ignorent même leur existence ! c'est symptomatique d'une perte d'identité manifeste.

  A la base de ce problème, une gestion maladroite de l'urbanisme qui détruit les liens sociaux autrefois spontanés et conviviaux autour de commerces de proximité entre les gens d'un même village : aujourd'hui, les gens travaillent au centre-ville (à Toulouse), font leurs courses dans des centres commerciaux sans âme en zone péri-urbaine aseptisée et retournent anonymement chez eux. Du tissu social séculaire de la société Occitane ne demeure aujourd'hui que la règle du "chacun chez soi" sur la base d'une société "globalisée" qui, mis à part la langue "véhiculaire" conventionnelle (dans ce cas précis, le français) est en tout point similaire aux quatre coins du monde. Uniforme. Sans âme. Egoïste. Sinistre, en fin de compte. Sur ce sujet précis, une gestion cohérente de l'urbanisme en adéquation avec la conservation du tissu social, "Bastir!" propose également quelques pistes de réflexion intéressantes.

  D'une manière générale, les grandes lignes de "Bastir!" en ce qui concerne la gestion de l'aménagement du territoire dans le respect du tissu social et de l'environnement sont reprises et approfondies par les membres du Rassemblement Eco-Citoyen 32, représentés ici au cours de cette soirée par les deux co-fondateurs, Mélanie Bourgeois et Alexis Boudaud, qui, en l'occurrence, au vu du thème de la réunion, ont plus volontiers évoqué les raisons qui les ont amené à adhérer à "Bastir!", dont le programme ne se résume pas évidemment à la seule dimension environnementale. En premier lieu, le fait que "Bastir!" ne soit pas un parti politique, mais bel et bien un mouvement qui soit au dessus des traditionnels et fratricides affrontements de la politique politicienne dont les citoyens sont aujourd'hui manifestement lassés. Bref, leur adhésion repose sur le fait que les membres de "Bastir!" se battent aujourd'hui simplement pour leurs idées communes, au delà des clivages politiques traditionnels, et en tenant compte des propositions "de la base". Et ça, c'est non seulement nouveau, mais c'est plutôt encourageant : si les individus arrivent à proposer un projet commun, à travailler main dans la main et ce, malgré des étiquettes (ou pas d'étiquette, en fait) réputées antagonistes... Alors, il y a encore de l'espoir ! de ce point de vue, "Bastir!" est un excellent exemple de démocratie participative.

  La réunion a été clôturée par un "Se canta" magistral puis prolongée par un apéritif convivial au cours duquel les gens du public et les intervenants ont continué a approfondir les sujets abordés. La suite de "Bastir!" : un rassemblement / rencontre de tous candidats pour les municipales samedi prochain 1er février à la salle San-Subra (St-Cyprien) à Toulouse. Pour plus d'infos : www.bastir2014.com

à la Mairie de L'Isle-Jourdain, à l'initiative de "Bastir! - Gascogne Toulousaine"

à la Mairie de L'Isle-Jourdain, à l'initiative de "Bastir! - Gascogne Toulousaine"

Tag(s) : #Bastir !